mercredi 11 octobre 2017

The Book of Ivy d'Amy ENGEL

🔪🔪🔪🔪


The Book of Ivy

Amy Engel

PKJ

novembre 2016

 " Nous sommes toujours libres de choisir 
qui nous voulons ĂŞtre."

L'histoire


 VoilĂ  cinquante ans qu’une guerre nuclĂ©aire a dĂ©cimĂ© la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’AmĂ©rique s’est choisi un prĂ©sident. Mais des deux familles qui se sont affrontĂ©es pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’Ă©pouser, chaque annĂ©e, lors d’une cĂ©rĂ©monie censĂ©e assurer l’unitĂ© du peuple.
J’ai seize ans cette annĂ©e, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du prĂ©sident. Depuis ma plus tendre enfance, je me prĂ©pare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes dĂ©sirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communautĂ© reposent sur moi. Le temps de la rĂ©bellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.


" De nos jours, plus personne ne porte de robe blanche 
Ă  son mariage."

 Mon avis 


 Cette dystopie en deux tomes m'a fait de l’Ĺ“il il y a un an et c'est sans apriori que j'ai entamĂ© cette lecture. 
Il faut dire que la couverture a tout pour attirer le lecteur : une silhouette tronquée en robe de mariée avec dans le dos un poignard bien aiguisé et une accroche percutante "née pour trahir et faite pour tuer... Sera-t-elle à la hauteur ? "

" C'est l'amour qui nous choisit, qui se fiche bien de ce qui est pratique, facile ou planifiĂ©. L'amour a ses propres projets et tout ce que nous pouvons faire, 
c'est le laisser agir Ă  sa guise."


 C'est un roman court et aux chapitres qui filent très vite. Dès le dĂ©but on est happĂ© par l'action. 

 " Ce sera comme essayer d'Ă©teindre les flammes de l'enfer avec un dĂ© Ă  coudre d'eau."

C'est une dystopie sans grande surprise avec une arrivĂ©e dans un monde clos, post-apocalyptique, rĂ©gi par des règles strictes pour sauvegarder la population. Deux clans s'opposent et deux jeunes gens vont ĂŞtre lancĂ©s dans cette tourmente malgrĂ© eux. 

  " Danser autour de la vĂ©ritĂ©, c'est Ă©puisant."

Cependant l'auteur  introduit subtilement les thĂ©matiques liĂ©es au mensonge et Ă  la vĂ©ritĂ©, aux poids des traditions et au besoin de modernitĂ©, de rupture avec l'ordre Ă©tabli, puis une envie de libertĂ©, de rĂ©volte


" Que veux-tu dire ? Que si on n'a pas la réponse à tout, poser des questions ne sert à rien ? (...)
-- Non,bien sĂ»r  que non. Mais il ne suffit pas de vouloir que les choses changent, Ivy, sans se demander en quoi les changer."

" Un type qui ne veut pas mentir, marié à une fille qui ne peut pas dire la vérité. S'il existe un dieu, il a un sens de l'humour plutôt tordu ! "

Les deux personnages principaux Ivy et Bishop s'équilibrent bien dans ce premier tome et leur discussion amène une évolution pas à pas vers un dénouement inéluctable, prévisible mais très bien amené.

 " -- Quand un garçon pense qu'on lui a donnĂ© quelque chose, mĂŞme s'il s'agit d'un ĂŞtre humain, il le considère vite comme sa propriĂ©tĂ©. Et quand une chose t'appartient, tu penses que tu as le droit de la traiter comme tu veux."

 La relation  qui se construit entre Ivy, 16 ans, les Ă©motions Ă  fleur de peau et le mensonge aux lèvres et Bishop, 18 ans, très mature, et perspicace dans son analyse des comportements humains est plaisante Ă  suivre : c'est une romance, mais qui ne nuit pas Ă  l'action.

 " Lorsque l'on est conscient d'ĂŞtre manipulĂ©, mais que ça fonctionne, peut-on encore appeler ça de la manipulation ? "

 J'ai aimĂ© les questionnements, les hĂ©sitations d'Ivy comme j'ai apprĂ©ciĂ© le calme, la dĂ©termination et la franchise de Bishop. 

" -- Tu es heureuse, Ivy ? me demande-t-il. 
Je reste interdite. De toute ma vie, je pense qu'on ne m'a jamais posĂ© cette question. Je prends le temps de peser ma rĂ©ponse pour lui donner l'importance qu'elle mĂ©rite. Je sais ce que je devrais dire. Et je sais ce que je ne devrais pas ressentir. La vĂ©ritĂ© se trouve quelque part entre les deux. 
-- J'y travaille encore, dis-je enfin. Mais je m'en approche."


 C'est fluide, addictif et je n'ai reposĂ© le livre que pour entamer la suite. C'est dire si l'histoire m'a passionnĂ©. Le dĂ©nouement monte crescendo et prĂ©cipite Ivy dans l'affrontement de ses convictions et la responsabilitĂ© de ses choix, d'oĂą la nĂ©cessitĂ© "vitale" d'enchaĂ®ner mes lectures.


" Ça me plaît qu'il soit complexe, que la somme de toutes ces pièces donne quelqu'un d'unique et de difficile à comprendre. Je n'ai pas le droit de le souhaiter, et je ne peux pas avoir l'espoir que ce souhait se réalise, mais j'ai quand même envie d'être celle qui le déchiffre."


" On ne peut pas légiférer sur l'amour. L'amour dépasse les graphiques, les diagrammes et les intérêts communs. L'amour, c'est brouillon, c'est compliqué, et c'est une erreur de refuser sa magie aléatoire."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Et vous, que pensez-vous de ce livre ?

WOMBS, tome 1 de Yumiko Shirai

   WOMBS, tome 1 Yumiko Shirai Akata 256 p. mars 2021 ISBN : 9782369747826     Lecture dans le cadre de la masse critique de @babelio_ . Me...