mardi 25 août 2020

Forestelle, tome 3 : Les fidèles

 

Au Loup

Forestelle, tome 3

Aline Maurice 

Au loup

mars 2020

522 p.

ISBN : 9791093950877

 

La petite histoire

Nous retrouvons Coline et sa mère Karenn, un an après à colombes sur Terre. Mais le calme est de courte durée car Maur-Isarn et Sebelia, grâce au mantel volé enlève Karenn et pose un ultimatum à Coline : rassembler tous les mantels pour sauver sa mère. Un retour sur Forestelle au seuil d'une guerre impitoyable.


Le contexte de lecture et l'objet-livre

Une lecture que je savoure cet été pour terminer une trilogie que j'adore. 

 La couverture de ce troisième tome est signée Tiphs et comme à son habitude, c'est une réussite. Ma couverture préférée de la trilogie. L'illustratrice excelle dans la création de personnages et de leurs expressions. 

 

L'univers 

Nous passons la majorité du temps sur le monde parallèle de Forestelle. Dans cet univers l'autrice crée un royaume où la nature a toute sa place et surtout la sylve sauvage et indomptable mais l'on découvre aussi plusieurs cités et même l'ocian (un espace maritime). La faune et la flore des lieux sont extraordinaires : bantyx féroces, écurlette agile et timorée, feunair cruel, azier métamorphe, bombynix aidant volant, iguar créature marine, oursard compagnon de route et arbrals majestueux, mauvitius changeants et protecteurs, cassiandre médécinale... C'est un émerveillement de s'immerger dans ce monde.

  Outre la nature l'on découvre une magie  pratiquée par les Enchanteresses (guérisseuses et magiciennes) et les Sombres (sorcières, anciennes enchanteresses pratiquant à outrance la Magie fauve). Dans cet ultime tome la confrontation entre Magie Fauve et Magisterra sera déterminante. 

Reste le mystère des mantels qui va être révélé pour expliquer leurs pouvoirs et la mission des Liants qui les portent. 

J'ai adoré parcourir Forestelle et ses dangers, ses lieux enchanteurs dans cette atmosphère baignée d'une magie difficilement contrôlable.

Les personnages

Il faut dire adieu aux personnages que l'on suit depuis l'arrivée de Coline dans la sylve de Forestelle. C'est un crève-coeur mais Aline a pris le temps de donner des précisions sur chacun unique et irremplaçable.

Coline a beaucoup évolué au fil des pages et des épreuves tout comme Esteban qui prend une maturité, des responsabilités. 

Karenn reste fidèle à ses valeurs, à son amour pour les siens malgré les périls qui l'assaillent. 

Isarn-Maur est plus discret dans ce tome, détestable et fascinant, il reste ce personnage ambigu mais entier dans ses réactions, ses impulsions. 

Jehanne est sans doute le personnage qui a le plus changé de capricieuse et égoïste elle devient en prenant sa vie en main altruiste.

Mon personnage préféré Sorin, protecteur et solitaire, meurtri est le héros discret jusqu'au bout.

 Je remercie l'autrice pour ces personnages qui ne sont pas les héros et héroïnes que l'on côtoie forcément dans les romans de fantasy. J'ai apprécié cette relation mère-fille centrale qui fait le sel et l'originalité de ce récit.

La plume de l'autrice

L'écriture par points de vue m'a conquise car on reste au plus près des sentiments, des ressentis, notamment pour Isarn-Maur qui permet plus de nuances.

L'autrice fait preuve d'une créativité débordante qui donne vie, corps à Forestelle avec brio et consistance.

 Ce que je retiens de ce dernier tome et de cette trilogie...

 Une conclusion parfaite pour une trilogie que je mets au rang de la Quête d'Ewilan pour le monde créé et pour les personnages originaux. Une réussite !

 



dimanche 16 août 2020

#PLIB2020 Mers mortes

 

  ☠🌊🕱👻🐬

Mers mortes

Aurélie Wellenstein

Scrineo 

mars 2019

364 p.

#ISBN:9782367406602 

  #ISBN9782367406602

La petite histoire

C'est un roman de l'imaginaire où la survie de l'humanité est en jeu suite aux dérives climatiques, de pollutions et de massacres d'animaux. 

On se retrouve avec des pirates bravant les mers mortes où sévissent des fantômes d'animaux marins dévorant les âmes humaines en guise de châtiment. Oural un exorciste pourra peut-être infléchir cette malédiction. 

 Le contexte de lecture

Ce roman fait partie des cinq finalistes du Plib 2020 et de ma sélection finale. J'avais découvert la plume d'Aurélie Wellenstein avec le fiévreux et percutant Dieu oiseau. C'est avec curiosité et envie que je me suis lancée dans cette lecture. 

le PLIB
Avant de donner mon ressenti un point sur la couverture. Une fois encore, c'est Aurélien Police qui signe l'illustration de couverture et une fois encore il donne à voir en concentré le contenu de cette histoire, son ambiance et avec toujours une esthétique qui subjugue.   

L'univers et l'intrigue imaginée par Aurélie Wellenstein

Nous sommes dans un monde futuriste apocalyptique où quelques humains survivent malgré l'assaut de marées fantômes qui déciment les âmes. Même si l'on se trouve dans une histoire complètement ancrée dans l'imaginaire avec son vaisseau fantôme piloté par un pirate hors norme, le contenu est criant d'actualité et nous alerte sur nos responsabilités d'ici et maintenant, urgentes. Par le biais d'un monde ravagé et habité de surnaturel, Aurélie questionne le monde d'aujourd'hui et ses dérives désastreuses. Elle allie son talent de conteuse à son souci de prise de conscience. Elle lance une alerte comme on lance une bouteille à la mer... L'humanité est-elle consciente de l'urgence ?  

Les personnages

 Je ne ferai pas le tour de tous les personnages qui sont choisis avec soin et présentent des personnalités complexes et crédibles. Je m'attache à présenter trois d'entre eux.

Oural, exorciste

Il est le héros, un peu naïf, enfermé dans son bastion, à l'imagination bridée par l'étroitesse de son refuge et qui rêve d'espace et d'exploration. Il va être entraîné dans une épopée digne d'Ulysse sur une mer de monstres qui le conduit de Charybde en Scylla à chaque nouvelle étape. Il rappelle un autre héros grec : Enée descendant aux Enfers, sauf que les Enfers sont notre Terre dans quelques décennies.

Bengale, pirate énigmatique et meneur de troupe

C'est mon personnage préféré car il va se révéler au fil de l'histoire et provoquer des émotions contradictoires. Son identité crée un trouble et une fascination autour de lui, de son équipage mais aussi pour le lecteur qui guette chacun de ses gestes, chacune de ses décisions.

Trellia, delphine empathique 

Le rapport qu'entretient le dauphin avec Oural est une relation presque fusionnelle. Ils s'aiment, se comprennent par delà les mots. Cette relation unique pose question tout au long du récit et est porteuse d'espoir. Parmi les fantômes d'animaux, elle fait exception dans son attitude vis-à-vis des hommes et de ses congénères qu'elle préfère occire pour préserver, protéger Oural.

La plume d'Aurélie Wellenstein

Comme dans son précédent roman, Aurélie tire les ficelles de la tension avec maestria même si ici le rythme est différent. La tension monte progressivement et l'addiction s'intensifie au fil des pages. Elle adopte le rythme des marées avec une amplification de celles-ci à chaque flux.  Les rebondissements s'enchaînent, les questions se bousculent jusqu'au final "wellensteinien", c'est-à-dire inattendu, cinglant, absolu.

 Ce que je retiens de cette lecture

 C'est haletant et avec un message non poussif de responsabilité humaine vis-à-vis de la planète.Une belle découverte qui rend compte de l'imagination florissante de l'autrice mais également de son engagement écologique. Distraction et réflexion se mêlent avec brio.

#PLIB2020 Les Brumes de Cendrelune tome 1 : Le jardin des âmes

 

  🌫❤🌫❤🌫

Les Brumes de Cendrelune tome 1 : le jardin des âmes

Georgia Caldera

J'ai lu

octobre 2019

358 p.

#ISBN:9782290165614

 

La petite histoire

Nous suivons Céphise une jeune fille qui a perdu sa famille victime du dieu Orion à Cendrelune, un Royaume de cendres et de poussières, gris et où l'espoir est ténu. Parallèlement à cette jeune rapiécée, paria de la société, nous rencontrons Verlaine, un demi-dieu aux pouvoirs maudits dans le palais au centre de la ville. Le destin va les réunir : face blanche et lumineuse, face noire et ombreuse et soulever des secrets...

Le contexte de lecture

Lecture dans le cadre du PLIB et ma dernière découverte des finalistes du #plib2020. Les pages comptent pour l'ultime épreuve. 

le plib


 L'univers

Georgia Caldera propose un monde apocalyptique à la nature inexistante et aux animaux disparus sous l'emprise du Panthéon des Dieux et surtout du Dieu Orion qui pénètre les esprits dissidents et les détruit, avec l'aide de l'Ombre, le Grand Exécuteur. Le monde des dieux semble pourtant en déchéance malgré sa suprématie, une révolte gronde pour renverser le pouvoir injuste. C'est un monde morne, sans couleur où une neige de cendres pleut régulièrement. 

Les personnages

Georgia Caldera crée des personnages attachants que l'on a envie de découvrir, voir évoluer et grandir. Céphise et Verlaine font part de leur ressenti, leurs réactions et actions. Les différents points de vue permettent de nuancer le récit et d'ouvrir des possibles. 

L'écriture

La plume de l'autrice est fluide tout en étant structurée proposant un récit qui se développe d'abord tranquillement pour dévoiler univers et personnages et la tension monte progressivement jusqu'à un final qui fait rager le lecteur dépourvu du tome suivant pour assouvir sa soif de découverte.


Ce que je retiens de cette lecture...

Un très bon premier tome au suspense bien dosé laissant l'univers se mettre en place et la présentation des personnages. Mais une fin qui nous fait regretter de ne pas avoir le tome 2 sous la main et qui présage une action trépidente...

 

dimanche 9 août 2020

#plib2020 Mers mortes

 

  ☠🌊🕱👻🐬

Mers mortes

Aurélie Wellenstein

Scrineo 

mars 2019

364 p.

#ISBN:9782367406602 

  #ISBN9782367406602

La petite histoire

C'est un roman de l'imaginaire où la survie de l'humanité est en jeu suite aux dérives climatiques, de pollutions et de massacres d'animaux. 

On se retrouve avec des pirates bravant les mers mortes où sévissent des fantômes d'animaux marins dévorant les âmes humaines en guise de châtiment. Oural un exorciste pourra peut-être infléchir cette malédiction. 

 Le contexte de lecture

Ce roman fait partie des cinq finalistes du Plib 2020 et de ma sélection finale. J'avais découvert la plume d'Aurélie Wellenstein avec le fiévreux et percutant Dieu oiseau. C'est avec curiosité et envie que je me suis lancée dans cette lecture. 

le PLIB
Avant de donner mon ressenti un point sur la couverture. Une fois encore, c'est Aurélien Police qui signe l'illustration de couverture et une fois encore il donne à voir en concentré le contenu de cette histoire, son ambiance et avec toujours une esthétique qui subjugue.   

L'univers et l'intrigue imaginée par Aurélie Wellenstein

Nous sommes dans un monde futuriste apocalyptique où quelques humains survivent malgré l'assaut de marées fantômes qui déciment les âmes. Même si l'on se trouve dans une histoire complètement ancrée dans l'imaginaire avec son vaisseau fantôme piloté par un pirate hors norme, le contenu est criant d'actualité et nous alerte sur nos responsabilités d'ici et maintenant, urgentes. Par le biais d'un monde ravagé et habité de surnaturel, Aurélie questionne le monde d'aujourd'hui et ses dérives désastreuses. Elle allie son talent de conteuse à son souci de prise de conscience. Elle lance une alerte comme on lance une bouteille à la mer... L'humanité est-elle consciente de l'urgence ?  

Les personnages

 Je ne ferai pas le tour de tous les personnages qui sont choisis avec soin et présentent des personnalités complexes et crédibles. Je m'attache à présenter trois d'entre eux.

Oural, exorciste

Il est le héros, un peu naïf, enfermé dans son bastion, à l'imagination bridée par l'étroitesse de son refuge et qui rêve d'espace et d'exploration. Il va être entraîné dans une épopée digne d'Ulysse sur une mer de monstres qui le conduit de Charybde en Scylla à chaque nouvelle étape. Il rappelle un autre héros grec : Enée descendant aux Enfers, sauf que les Enfers sont notre Terre dans quelques décennies.

Bengale, pirate énigmatique et meneur de troupe

C'est mon personnage préféré car il va se révéler au fil de l'histoire et provoquer des émotions contradictoires. Son identité crée un trouble et une fascination autour de lui, de son équipage mais aussi pour le lecteur qui guette chacun de ses gestes, chacune de ses décisions.

Trellia, delphine empathique 

Le rapport qu'entretient le dauphin avec Oural est une relation presque fusionnelle. Ils s'aiment, se comprennent par delà les mots. Cette relation unique pose question tout au long du récit et est porteuse d'espoir. Parmi les fantômes d'animaux, elle fait exception dans son attitude vis-à-vis des hommes et de ses congénères qu'elle préfère occire pour préserver, protéger Oural.

La plume d'Aurélie Wellenstein

Comme dans son précédent roman, Aurélie tire les ficelles de la tension avec maestria même si ici le rythme est différent. La tension monte progressivement et l'addiction s'intensifie au fil des pages. Elle adopte le rythme des marées avec une amplification de celles-ci à chaque flux.  Les rebondissements s'enchaînent, les questions se bousculent jusqu'au final "wellensteinien", c'est-à-dire inattendu, cinglant, absolu.

 Ce que je retiens de cette lecture

 C'est haletant et avec un message non poussif de responsabilité humaine vis-à-vis de la planète.Une belle découverte qui rend compte de l'imagination florissante de l'autrice mais également de son engagement écologique. Distraction et réflexion se mêlent avec brio.

mardi 4 août 2020

Outre-Temps, livre 2

Plume Blanche éditions

 🦊🍂🦊🍁🦊
Outre-Temps, Livre 2
Elisa M. Poggio
Plume Blanche
Plume d'Argent
Avril 2020
643 p.

La petite histoire
L'on retrouve Prune après la déchirure qui menace le Temps humain et l'Outre-Temps de disparition. Elle est toujours en quête de son père à travers les Saisons et les différents Temps. Elle va faire des alliances et lutter contre de nombreux adversaires et pas toujours dans les clans attendus. Ses amis vont subir de nombreuses épreuves à ses côtés ou parfois éparpillés dans les différents mondes en pleine dislocation à la recherche de leur propre famille ou de leur destin.

Le contexte de lecture
Une lecture que j'ai laissé durer pour l'apprécier à sa juste valeur : un bijou de fantasy et d'émotions. Un coup de coeur indéniable !

L'univers de l'Outre-Temps

Elisa M. Poggio propose un monde complexe et multiple aux nombreuses contrées cachées, inconnues, délaissées, enfouies dans les méandres de la mémoire. Le foisonnement de paysages, lieux si diversifiés nous plonge dans un récit intense et immersif. Nous plongeons dans la Ténèbre, resurgissons au coeur des piliers majestueux, pour replonger en apnée dans les profondeur d'un lac insondable, royaume de Tamo pour nous diluer dans le Circam toujours accompagnés des Okks ou survolés par l'ombre de Karaburan.
La richesse et la finesse de l'univers créé est digne d'une Marcherêves (ce qu'Elisa est incontestablement, la graine de ce monde germant de son esprit, chaudron fertile et créatif).
Un vrai régal que de virevolter avec Prune même si certains lieux sont hostiles, froids et terrifiants.

Les personnages

Ce sont souvent leurs habitants qui donnent le frisson extrême à commencer par les Ogres, les Hériones ou Lamkas venant des profondeurs ou du Temps de l'Oubli. Mais les complotistes de l'Académie ne sont pas en reste dans leur vilénie.
Si de nombreux ennemis se dressent contre Prune, Sandro, Estevan, Nattog, Nero et Ophélie dans leur quête, c'est leur union, leur amitié et leur amour qui font leur force.
J'ai adoré la galerie fournie de personnages qui fourmillent des Oussians à la confrérie des Naufragés du Temps, de la famille Brac à Kavo, de Sabrine à Frederick, de Asad aux parents et la sœur de Sandro, des Gardiens et des Saisons aux parents de Prune... et j'en oublie, tellement chaque personnage à une essence vive et unique.

Écriture et style de l'auteur

Elisa est une conteuse qui tisse  de fils d'or la trame de son histoire telle une magicienne du Temps du Rêve. Elle n'a pas sa pareille lorsqu'il s'agit d'emporter les lecteurs dans son monde enchanteur et terrifiant à la fois. Sa plume doit être emprunté au maître du vent Karaburan car elle est légère et vivifiante à la fois, folle et fine, virevoltante.

Ce que je retiens de cette lecture...

J'ai été emporté par delà les Rêves, par delà les Temps à la suite d'une jeune fille aux cheveux noirs qui s'appelle Prune Otone et qui a un destin à couper le souffle. Un coup de coeur, un florilège d'émotions qui palpite tel Maka autour du doigt de Prune. A découvrir pour son univers vertigineux, pour ses personnages ébouriffants de panache, de fêlures, de vivacité, pour s'entendre conter un récit épique, fantaisiste, lumineux malgré la Ténèbre environnante.





WOMBS, tome 1 de Yumiko Shirai

   WOMBS, tome 1 Yumiko Shirai Akata 256 p. mars 2021 ISBN : 9782369747826     Lecture dans le cadre de la masse critique de @babelio_ . Me...