dimanche 31 mars 2019

Indiana Teller, tome 1 : Lune de Printemps




Indiana Teller, tome 1 : Lune de Printemps
Sophie Audouin-Mamikonian
Michel Lafon
2011 (décembre 2015)
375p.
ISBN:9782749913872

La petite histoire

Dans les interminables plaines du Montana s'étend le ranch des Lykos. Les voisins alentour sont loin de se douter que ses habitants sont les membres de l'un des clans de loups-garous les plus puissants d'Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller, 17 ans. Né de l'union d'une humaine aux pouvoirs mystérieux et d'un loup-garou, Indiana est le petit-fils et le seul héritier de Karl, le chef de la meute. Se sentant comme un étranger parmi les siens, il lutte pour trouver sa place dans la hiérarchie codifiée imposée par son peuple : des créatures fantastiques qui vivent cachées au milieu des hommes. (texte d'éditeur)

Mon avis

Dans la même veine que Twilight ou Rebecca Kean, c'est addictif, et j'aime particulièrement le personnage d'Indiana. Un young adult trépident. L'autrice crée un univers immersif où les héros grands adolescents côtoient loups-garous et autres monstres. Il y a également en plus de l'intrigue fantastique, des complots, un triangle amoureux.

Ma chronique

L'univers créé et l'intrigue

On se retrouve dans un monde où les créatures fantastiques se côtoient : loups-garous, semi, vampires, elfes, fées, sorcières. Il y a des alliances et des complots entre chaque clan qui a ses propres règles vis-à-vis des humains notamment. 
Nous suivons Indiana Teller, fils d'un loup et d'une humaine aux pouvoirs très rares (elle est rebrousse-temps). Il a du mal à trouver sa place dans une lignées de loups alpha, dominants dans la meute. Sa fragilité humaine en fait un être différent qui a soif de reconnaissance. Il va vouloir très tôt acquérir son indépendance et vivre au milieu des humains. Son arrivée à l'université va lui faire découvrir les codes de la société humaine. 

J'ai beaucoup aimé l'évocation de l'adolescence d'Indiana et ses entraînements avec Axel, un semi. 

les personnages

un triangle amoureux : Tyler, le loup /Indiana, l'humain à l'héritage lourd à porter/Katerina, une humaine qui fait chavirer les cœurs

la meute de Teller : Chuck, Serafina, Karl, Nanny...

les semis et surtout Axel (mordu et mystérieux )

les ennemis loups : Louis Brandkel

 Style de l'autrice

De l'humour et des dialogues pour dynamiser un récit plein de péripéties. Une écriture de l'action bien maîtrisée liée à des personnages bien campés. 

J'ai passé un bon moment de lecture détente, sans prise de tête et je lirai le tome 2 déjà dans ma PAL.

Les Plieurs de temps, tome 4 : Charly pour toujours



Les Plieurs de temps, tome 4 : Charly pour toujours
Manon Fargetton
Rageot
mai 2018
224 p.
ISBN:9782700259131

La petite histoire

 Charly a le pouvoir d'arrêter le temps grâce à l'horloge magique de Robin. Mais quand il est kidnappé, son pouvoir se dérègle. Ses amis partent à sa recherche tandis qu'il essaie de maîtriser son don afin de s'échapper. (texte d'éditeur)

 
Mon avis

  Une fin trépidante et un personnage toute en nuance de plus avec Charly, optimiste en façade mais qui cache des doutes et une peur d'être seul. L'autrice joue une fois de plus l'apprentie magicienne du temps. Belle histoire d'amitié avec un fond fantastique palpitant. J'ai adoré suivre nos petits héros dans leurs aventures empreintes de magie et dans leur quotidien pas toujours tendre.

Les Plieurs de temps, tome 3 : Camille à l'heure de vérité


Les Plieurs de temps, tome 3 : Camille à l'heure de vérité
Manon Fargetton
Rageot
avril 2018
224 p. 
ISBN:9782700259124

La petite histoire

Camille découvre qu'elle peut voir dans le futur grâce aux horloges magiques de Robin et Anthony. Cependant, ses visions sont floues et elle éprouve des difficultés à les interpréter. Un mystérieux rôdeur ne tarde pas à être attiré par ce pouvoir. (texte d'éditeur)

 
Mon avis

 Une série qui s'étoffe et permet de mieux découvrir le personnage de Camille plus en nuances et de se lancer à ses côtés dans une trépidente aventure qui ne fait que s'accélérer au fil des pages. Les thématiques abordées font que l'on s'attache aux différents personnages. De l'émotion et de l'action, que demander de plus !

dimanche 24 mars 2019

Nox #PLIB2019



Sources : Editions du Chat Noir / Plib2019
 👄👻👄

Nox
Eloïse Tanghe
Editions du Chat Noir
février 2018
325 p.
 #ISBN9782375680636 

La petite histoire

 Dans les couloirs glacés d’un asile, des voix chuchotent à votre esprit. Elles vous murmurent une destination, un village.
Vous soufflent des images. Un lac cerné de neige. Une église souillée. Un brasier et les cris qu’il renferme.

Elles vous content une histoire de sorcières. Vous narrent ses chapitres maudits.

Sous un linceul de cendres, git une vérité que nul habitant ne pourra plus ignorer. Leurs secrets. Leurs peurs. La vôtre.

Il est déjà trop tard.


Bienvenue à Clairemont.




Le contexte de lecture

 Lecture dans le cadre du PLIB 2019, livre des 21 sélectionnés.


Un mot sur l'autrice

Jeune autrice dont c'est le premier roman. 

L'objet-livre

Très belle couverture, intrigante.

Ce que j'ai  pensé de ce roman...

   L'intrigue (ambiance, thématiques, rythme, choix de la narration)

L'ambiance générale est sombre (comme l'indique le titre) et fantastique avec les Voix qui hantent l'héroïne. 
Une entrée en matière assez mystérieuse avec un narrateur anonyme difficile à cerner. Puis les points de vue alternent et l'on change d'époque : entre passé et présent. 

   Les personnages 


Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages. Une distance froide est restée tout au long du roman qui ne m'a pas permis d'apprécier à sa juste valeur le livre. J'aime ressentir de l'émotion au contact des héros mais cela n'a pas été le cas. Je suis restée à côté malgré de nombreux éléments intéressants sur le plan de la psychologie des personnages notamment.



   L'écriture, le style de l'autrice



Une écriture maîtrisée avec des changement de points de vue, une alternance de temps passé/présent plutôt réussie. Le point fort est l'ambiance triste créée par l'autrice.


mercredi 20 mars 2019

Terre de Brume #PLIB2019

☁ ☁ ☁ ☁

Terre de Brume, tome 1: le sanctuaire des dieux
Cindy Van Wilder
Rageot
septembre 2018
283 p.
#ISBN9782700259230


La petite histoire

Nous suivons en parallèle les vies d'Héra, guerrière et gardienne chez les prêtres de l'eau et d'Intissar, Sœur de Feu. Leur destin vont se croiser, fusionner pour lutter contre un ennemi caché par la Brume insidieuse et tueuse qui envahit le monde depuis le Bouleversement qui a anéanti une grande partie de l'humanité.


Le contexte de lecture

Lu dans le cadre du PLIB 2019. Ce roman fait partie des 5 sélectionnés qui concourent pour l'ultime et unique place de finaliste.

Ce que j'ai pensé de ce premier tome...

 L'intrigue

Les points de vue d'Héra et Intissar s'alternent pour rendre compte d'un univers post-apocalyptique riche et aux peuplades diverses et séparées par la Brume. Le lien est fait par des anciens marins passeurs de Brume, qui naviguent aux milieux des dangers multiples de ces nuages malfaisants. Au sein des îlots qui immergent de la Brume les castes subsistent : le peuple est dépendant des prêtres qui distribuent nourriture et protection.

L'univers créé

C'est un monde en ruine, rongé par le désespoir, la peur. Un monde naît du Bouleversement qui a vu l'arrivée d'une Brume destructrice, qui dévore littéralement ce qu'elle touche. Qui a créé ou libéré cette Brume dévastatrice ? C'est ce que nos deux héroïnes vont tenter de découvrir en brisant les traditions qui les lient à leur peuple respectif, en décidant de quitter la sécurité de leur îlot pour découvrir des parties de Terre de Brume qu'elles ignorent et partir à la rencontre de l'inconnu.

Dans ce monde subsiste des traces de notre mythologie gréco-latine.  L'on retrouve l'Odyssée à travers le voyage initiatique des deux jeunes femmes. Les marins surtout rappellent Charon et la traversée du Styx qui mène aux Enfers.

Une magie qui utilise les éléments fondamentaux notamment l'eau, le feu et le vent.

Nous prenons d'abord connaissance de la magie de l'eau avec les sabliers.
Les sabliers montrent que l'usage de la magie n'est pas anodin : toute magie est dangereuse car elle engendre la Brume destructrice.

La magie utilisée par Intissar est liée au feu, plus instinctive, moins codifiée.

Beaucoup de mystères subsistent à la fin de la lecture sur ce monde peu exploré.

Les personnages

Héra est une jeune fille intrépide qui a soif d'aventure, de liberté. Elle étouffe au sanctuaire des prêtres de l'eau. Curieuse, ouverte d'esprit, elle va au devant d'Intissar et la protège malgré elle.

Intissar maîtrise le feu. Intissar a également le don de voir les morts, l'autre rive. Elle s'apparente à une chamane qui communie avec les esprits. Elle peut ainsi faire des prédictions, prévenir d'un danger à venir. Elle est précieuse pour son peuple, mais son caractère rebelle va la conduire hors de ses frontières, vers l'autre. 

Les deux héroïnes vont se trouver des points communs et combattre naturellement ensemble, sans concertation préalable. Une harmonie mystérieuse les lie.

Pylos , il est la figure paternelle et un homme sans magie. Il a traversé le Bouleversement qui,lui a arraché sa famille. Son amour, il a reporté sur Héra et il a apporté à cette dernière sa vision du monde, ce qui explique en partie l'ouverture d'esprit de cette jeune femme privilégiée au sanctuaire.

Dédale est celui par qui le mal arrive, un rejeté qui a cherché à dompter la Brume et a donc ainsi rompu un pacte avec les prêtres de l'eau. Il reste mystérieux et ses motivations semblent néfastes pour Terre de Brume. Il apparaît comme un gourou, avide de puissance et de destruction.

La plume de Cindy Van Wilder

Cindy Van Wilder excelle à créer un monde de toute pièce avec des inspirations multiples et deux personnages féminins forts, intrigants qui se complètent. J'apprécie la forme du récit et les péripéties qui s'enchaînent et nous attachent à cette histoire que l'on veut poursuivre.

Un petit mot pour la fin

Un univers inquiétant bien immersif et deux héroïnes fortes et en harmonie que l'on apprécie au fil de l'action qui s'intensifie progressivement dans ce tome 1. Cindy Van Wilder crée un monde post-apocalyptique envahi par une Brume dévoreuse, mystérieuse. On retrouve des touches de mythologie gréco-latine dans ce récit véritable odyssée entre Charybde et Scylla.

Je lirai sans aucun doute la suite qui paraît très prochainement.

mercredi 13 mars 2019

Une sirène à Paris


Source : Albin Michel
  🐟💙💙💦
Une sirène à Paris 
Mathias Malzieu
Albin Michel
février 2019
238 p.
ISBN: 9782226439772

" Se surprendre, se suspendre au plus-que-présent. Retrouver l'équilibre funambule entre le futur et le passé. (...) devenir un arrêteur de temps. "



La petite histoire



Gaspard Snow survit, surnage dans sa petite vie entre son appartelier et la péniche familiale le Flowerburger. Il est surprisier comme son père, un surprisier au coeur brisé. En ce mois de juin fort pluvieux, où la Seine déborde, où la brume enveloppe les quais : la magie survient avec Lula, une sirène séduisante au chant funèbre.

Le contexte de lecture



J'ai découvert la plume de Mathias Malzieu avec la lecture de Vampire en pyjama qui m'avait beaucoup ému et j'avais alors lu La Mécanique du coeur dont j'aime l'univers poétique et déjanté.


 " un putain de prince charmant avec une belle au bain dormant"

Ce que je retiens de ce roman...



L'intrigue 



Nous découvrons des cœurs brisés que la vie à malmener, manquant cruellement d'amour pour exister, vivre. L'auteur nous amène à travers Paris à la rencontre de ces cœurs solitaires en recherche d'âme sœur, sans trop y croire, sans se l'avouer. 



"L'ingrédient magique, c'est l'amour. Car il permet la cristallisation du rêve; Saupoudrez le tout d'une pincée de surprise, et votre vie aura un goût exquis ! "



La relation entre les personnages



J'aime la relation entre Gaspard et son père Camille, qui malgré leurs différents et leur différence s'aiment. Le fantôme de Sylvia la grand-mère de Gaspard n'est jamais trop loin du coeur de ce dernier.  La famille est un lien indéfectible et essentiel, primordial.



" Le panache, mon petit, c'est accepter l'échec et rebondir; Pas fuir la réalité. "



Il y a aussi Rossy, la voisine accaparante au coeur tendre, un membre rapporté de cette famille élargie.
Milena, rousse incandescente, à fleur de peau tout en émotion est bouleversante dans ses doutes et son ressenti exacerbé. 

Lula est plus énigmatique, son "irréalité", ou plutôt sa non humanité ne permet pas de l'approcher vraiment. Elle suscite fascination mais peu d'émotion. Son identité l'empêche de réellement exister pour les autres. Gaspard qui se nourrit de rêves est vraiment le seul à pouvoir faire vibrer les cordes de son coeur tel un ukulele. 

" Ses seins étaient la plus petite constellation recensée : deux étoiles. "

Gaspard est le Sailor de Lula, un marin d'eau douce qui rêve de pleine mer dans sa baignoire remplie de bain moussant. C'est un funambule à rollers sur le fil de l'eau dans un Paris des lumières by night. J'aime sa capacité à sublimer le réel, sa propension au rêve.

" Son esprit fonctionnait comme le brûleur d'une montgolfière, il carburait à l'enthousiasme. Son cœur enflait, ses pieds décollaient du sol. "

La plume de Mathias Malzieu



J'ai apprécié de retrouver cette écriture propre au parolier avec ses métaphores surprenantes, amusantes. J'aime les références populaires qui jalonnent le texte (Johnny Cash, Mbappé, j'en passe et des meilleurs...)

 La frénésie dans l'écriture qui accompagne l'action trépidante dans les rues de Paris. Quand le temps est compté, l'écriture s'étrécit, se densifie. L'écriture épouse les émotions des personnages : elle palpite ou s'arrête, elle fredonne ou tranche. J'aime cette écriture vivante, vibrante.



" Le jour entra dans la nuit telle une goutte de lait dans un café noir. "



L'imagination, le pouvoir du rêve, l'émerveillement sont les ressorts de ce récit fantasque, romantique et poétique. 
J'ai adoré croiser ces personnages sur ces quelques pages qui m'ont donné quelques moments de joie, de tristesse, de vie. 



" L'ivresse dévissaient tranquillement les boulons de leurs consciences respectives. Encotonnait l'esprit sans abîmer la pensée, libérait les émotions. "

dimanche 10 mars 2019

Forestelle #PLIB2019


Sources : Éditions Au Loup / PLIB 2019
🍄🌳🍄🌳🍄


Forestelle
Aline Maurice
Au loup
(Mondes infinis)
juillet 2018
516 p.
#ISBN9791093950501 


La petite histoire

Karenn rapporte chez elle une malle avec un double fond. Elle y découvre un mantel que sa fille Coline passe dès qu'elle a le dos tourné. Cette dernière se retrouve transportée dans un nouveau monde : Forestelle. L'angoisse ne fait que grandir pour Karenn qui va tout mettre en œuvre pour passer de l'autre côté et retrouver sa seule famille. Une relation fusionnelle, un nouveau monde à découvrir...

Le contexte de lecture

Une découverte faite aux Aventuriales en septembre dernier.Le livre faisait partie de la pré-sélection du PLIB 2019. 


Un mot sur l'autrice

Premier roman de l'autrice Aline Maurice qui se lance d'entrée dans une trilogie fantasy. Le deuxième tome sort ce mois-ci et a pour titre Preciosie. Trop hâte de retrouver les personnages. 

L'objet-livre

La couverture est signée Tiphs et entraîne de facto le lecteur dans la sylve de Forestelle. L'illustration est réussie et donne la part belle à ce monde inconnu et fascinant. A l'intérieur du livre l'on retrouve deux cartes : une de Forestelle et une autre de la Cité verte Civerte, réalisées par Mandar, très utiles pour se repérer dans ce nouveau monde.


Ce que j'ai  pensé de ce roman...

   L'intrigue (ambiance, thématiques, rythme, choix de la narration)

D'abord, parlons de Forestelle, j'adore l'ambiance de ce monde dominé par les arbres de toute sorte. Les cités sont rassurantes avec leurs arbrals,  habitats des Forestelliens, leurs enceintes enchantées de feuilles de mauvitius, alors que la sylve sauvage abrite des animaux sauvages sanguinaires les bantyx (loup géant aux yeux orange et avec une corne sur le front), des enchanteresses adeptes de magie noire, les Sombres ou encore des brigands. 
Forestelle est un personnage à part entière avec ses paysages variés (cités, prairies, mer, forêt), les épreuves qu'elle impose aux personnages. 

De la magie : avec les enchanteresse, les mantels, les créatures et les végétaux aux pouvoirs spécifiques.
Nous allons suivre plusieurs personnages dans leur quête : Coline, Karenn, Esteban, Isarn, Sorin...

  Les personnages 


L'auteure réussit à créer une galerie de portraits impressionnante (chacun a sa place et enrichit l'univers découvert). Même sur Terre, les personnages ont leur importance et l'on s'attache à chacun.  

Les relations entre les personnages sont très bien décrites : la famille est une thématique bien développée. 
J'aime bien la relation parent-enfant rarement présente en fantasy où le héros est souvent orphelin où est seul au début de ses aventures en quête d'un père ou une mère, d'un passé ignoré.
Le moteur de l'histoire c'est l'envie viscérale de se retrouver pour une mère et sa fille. Ce leitmotiv précipite les deux héroïnes dans un périple semé de dangers et de rencontres étonnantes. 

Karenn un personnage adulte féminin qui malgré elle va se retrouver dans un monde aux antipodes du sien, qui va l'obliger à se surpasser pour retrouver sa fille, sa raison de vivre. J'aime la fêlure profonde de ce personnage. Si au premier abord, elle nous apparaît comme une femme posée, calme dès que sa fille est en danger elle se transforme en une héroïne intrépide et téméraire.

Coline est une jeune fille assez équilibrée qui se fit beaucoup à son instinct et qui sous des dehors fragiles montre une force hors du commun.

Isarn est un personnage à la psychologie complexe ; il a un instinct de survie exacerbé presque bestial. C'est une sorte de savant fou qui recherche l'amour à tout prix.

Esteban est un geek adolescent assez nonchalant au début de ce récit qui va se révéler en découvrant Forestelle. Il est le grand-frère de l'amie de Coline, Maëlle. C'est Coline qui décide de l'emmener dans l'autre monde.

Sorin est très mystérieux, c'est un taseux au passé tragique. Mon personnage préféré dans la sylve.

J'ai beaucoup aimé le couple Oan/ Jodelle, la famille Tirin, les guérisseuses, le Conseil des Justes, Martin un liant.

Des créatures fantastiques : le compagnon sacré, l'écurlette, les bantyx et autres oursards sillonnent Forestelle et apportent tension et réconfort aux héros.


   L'écriture, le style de l'autrice

Le choix d'alterner les points de vue dynamise le récit et apporte des précisions sur le monde de Forestelle. J'aime avoir le point de vue d'Isarn, sa vision très spéciale et son ressenti étoffent cette histoire de fantasy.
L'alternance des récits s'enchaînent de façon très fluide, c'est très plaisant comme lecture. 

L'auteure fait preuve d'une imagination débordante avec la richesse de l'univers qu'elle nous propose, dans les moindres détails ( la vie quotidienne, les plantes, les animaux, les rites...). 


C'est une lecture que j'ai beaucoup apprécié pour ses personnages très attachants et les relations entre eux, pour l'univers créé : Forestelle m'a conquise, l'écriture immersive a elle aussi fait mouche.

dimanche 3 mars 2019

Blossom Spring Challenge

Je participe au Blossom Spring Challenge.




Voici les 4 différents menus. 




Pour les modalités de fonctionnement je vous renvoie au groupe facebook : Blossom Spring Challenge créé par Le boudoir et Read a book.
Voici ma PAL en images



Bonnes lectures à tous !

samedi 2 mars 2019

Vagin & cie on vous dit tout !


❤❤❤❤

Vagin & cie on vous dit tout !
Odile Bagot
Cyril Terrier (illustrations)
Mango
Petit guide visuel
février 2019
127 p.
ISBN:9782317019616

Présentation du document

 Le vagin, qu'en savez-vous au juste, en dehors du fait qu'il est bien caché , Derrière ce mot, que l'on peut avoir quelque gêne à prononcer, en préférant parler de ce qui se situe "là, en bas", se cache un grand méconnu, objet de bien des fantasmes et idées reçues !
Savez-vous que le vagin n'est pas intrinsèquement sensible , Que le clitoris, qui signifie en grec ancien "petite colline", se prolonge en interne vers les grandes lèvres ? Connaissez-vous la différence entre vulve et vestibule ? Savez-vous comment éviter les mycoses à répétition ? Souhaitez-vous partir à la découverte de votre point G, schéma à l'appui ?
Ce guide très illustré vous fait découvrir toutes les grandes fonctions de l'appareil génital féminin, ses nécessités et ses plaisirs, ses troubles et ses maux. Chaque page vous aide, avec bienveillance, humour mais sérieux, à mieux connaître, comprendre et optimiser cet organe essentiel à la santé et au bien-être.


 Le contenu scientifique et vulgarisé

Un documentaire pour faire tomber les idées préconçues et corriger les méconnaissances autour du vagin : précision sur sa localisation dans le "bas ventre", sa forme, les éléments qui l'entourent (périnée, vulve, rectum, vessie), sa fonction, son évolution au cours du temps, notamment lors de la conception, la grossesse et l'accouchement, sa fonction de plaisir dans l'acte sexuel. L'autrice aborde également le rapport vagin et contraceptifs, enfin elle détaille les maladies, infections et "problèmes" liés ou en relation avec le vagin (vaginisme, douleurs, prolapsus, maladies du col, maladies de l'utérus, vulvovaginites, infections sexuellement transmissibles). 

Une approche bienveillante et déculpabilisante pour les femmes

L'autrice Odile Bagot est médecin gynécologue et fait référence à son expérience des patients et de leur comportement pour relativiser les questions posées par les rapports sexuels, les "problèmes" gynécologiques rencontrés.

Ce que je pense de ce documentaire

 Ce documentaire est très bien conçu dans sa forme et dans son fond et permet d'assimiler facilement les informations et recadrer certaines fausses opinions face au vagin.
 Ce guide visuel apporte des informations claires avec des planches anatomiques simplifiées et légendées pour s'informer et comprendre.


C'est un documentaire que je conseille pour lever des ambigüités et pouvoir mieux connaître son corps et appréhender sa sexualité.  

Cette maison d'édition propose d'autres ouvrages dans la collection "petit guide visuel" construit sur ce même principe de vulgarisation par le schéma ou l'infographie.


vendredi 1 mars 2019

Comment le dire à la nuit #PLIB2019


Source : Editions du Chat Noir
 💀💀💀💀

Comment le dire à la nuit
Vincent Tassy
Editions du Chat Noir
Griffe noire
septembre 2018
368 p.
#ISBN9782375680897



La petite histoire

L'on suit plusieurs personnages à des époques données puis ces mêmes personnages vont se rencontrer, interagir autour de l'amour et de la mort avec violence et passion. Une vision moderne du vampire à travers deux personnages. 1483, 1691, 1856, 1984, aujourd'hui. Dans un château, dans une tour, dans un cimetière, ... Les récits se mêlent, les personnages divaguent, le temps passe lentement comme les grains de sable tombent dans un sablier, inexorablement. La solitude envahit tout, le rien le silence, la nuit avale, dévore.



Ce que j'ai pensé de ce roman

L'univers créé

Une atmosphère assez étrange avec deux influences : une romantique avec les tourments, cimetières, ruines, mythe du vampire, époque victorienne, l'évocation de l'eau et l'autre celle des romances à l'eau de rose modernes de Barbara Cartland, très édulcorées jusqu'à l’écœurement, bling-bling... Un mélange qui crée une sensation de malaise voire d'absurde, de folie.

" Sans réel contrôle de ses gestes, elle se mit à gifler le garçon, de plus en plus fort, et avec de plus en plus de joie au fur et à mesure que les claquements de sa main sur la peau de marbre accumulaient leurs réverbérations. Une musique sèche, dénuée d'harmonie, pareille à la nuit qui était dans son coeur."

Les personnages

Athalie et Adriel : deux êtres immortels et diamétralement opposés, s'attirant et se repoussant sans cesse, la noirceur et la blancheur lumineuse.
Egmont d'Orméville et son amant Léopold, la jeune épouse Carolina dans une histoire de secrets et de mariage arrangé.

Rachel, une jeune fille en perpétuel deuil  "déjà un peu morte avant même d'avoir essayé de vivre", sans joie, sans vie qui va rencontrer une chanteuse à la voix triste Cléopâtre. 
Parascève, il-elle, transgenre aux visions perturbatrices. 

La rencontre de tous ces personnages va permettre de reformer le puzzle de vies écorchées, endeuillées de lancer une quête d'identité impossible à travers le temps. 

"Pourtant, cette nuit, on voyait très bien la lune. Pointue comme un crochet, comme un œil fermé, elle s'était glissée derrière la silhouette dentelée du château des Lormont, là-haut, au creux des plus hautes falaises."

L'écriture

Des points de vue, des pensées éparses dans un temps, un lieu différent à chaque fois. Cette écriture fragmentée reconstitue des vies parcellaires, tristes mélancoliques, pleine de silences, de secrets, d'amours cachées, de deuils... Le mythe du vampire est revisité de façon étonnante avec un rapport au temps mélancolique, romantique. 

"Le jour où Egmont avait enfin mis un mot sur ce qu'il ressentait, ce mot-là était déjà trop faible.Il aimait à en mettre le feu à son propre bûcher. A en dispercer ses propres cendres. Mais comment faire après ? Comment supporter de vivre cela dans le silence ? Contre toute attente, il avait réussi. Le silence, il connaissait. Il s'était tu, il avait rêvé de lui, cent fois, mille fois, sans laisser échapper le moindre soupir, sans même le dire à la nuit."

 
 "Qu'aurait-on pu dire ce soir, dans ce silence, à l'oreille endormie des cygnes, comment le dire la nuit, ce vide en soi, comment le dire à la nuit."

C'est un roman qui me met mal à l'aise c'est sirupeux, mélancolique, romantique, gothique et violent, comme est Athalie. A la fois repoussant et envoûtant. Un genre qui me dérange même si la plume me ravit toujours autant.

 

Pax, tome 1 : les ténèbres avancent


Source : Slalom


Pax, tome 1 : les ténèbres avancent
 Asa Larsson
Ingela Korsell
Henrik Jonsson (illustrations)
Slalom
mai 2016
170 p.
ISBN:9782375540008

La petite histoire

 Alrik et Viggo sont placés dans une famille d'accueil dans la petite ville de Mariefred suite à l'internement de leur mère.  Ce sont deux adolescents écorchés vifs aux tempéraments différents mais très soudés. Ils vont découvrir des secrets dangereux cachés dans une bibliothèque surveillés par deux gardiens étranges.

Ce que je retiens de ce premier tome

l'univers créé

Une ambiance fantastique très réussie avec un suspense bien mené. La bibliothèque est mon lieu préféré, véritable cabinet de curiosités où sont entreposés : armes, grimoires...
Des malédictions, sortilèges vont naître sous les yeux des deux jeunes garçons au destin déjà tracé. Ils portent autour du cou un collier à l'effigie du corbeau qui semble les lier à des pouvoirs magiques.

Source : Slalom

Les personnages

Des personnages attachants, surtout les deux frères aux portraits fouillés et loin d'être lisses. J'adore la façon dont sont présentés ses deux adolescents, leur relation. 

Une galerie de personnages secondaires inquiétants ou bienveillants : les parents de substitution Laylah et Anders sont tolérants, patients et avec des valeurs très positives et amènent un climat constructif pour ces deux jeunes un peu perdus. Viennent ensuite le frère et la sœur, Magnar et Estrid gardiens du château : hautains, ils sont très intrigants, elle, est plutôt sorcière et lui plus protecteur.

Le parti pris d'écriture

J'aime le fait que textes et planches de bandes dessinées se répondent. Les dessins en noir et blanc vont bien avec l'ambiance fantastique du roman. Dès la couverture l'on plonge dans un univers chaotique assez sombre. Le titre souligne encore cette impression.Le soin apporté à la couverture et aux têtes de chapitres donne un cachet à l'ensemble. Un ballet de corbeaux ouvre et clôture le livre.
Le rythme est rapide et on arrive bien trop vite à mon goût à la fin de cet épisode, l'eau à la bouche pour découvrir la suite.

Sans conteste, un roman jeunesse fantastique à suivre pour son action prenante mais également pour ces deux héros malgré eux.
Source : Pixabay

WOMBS, tome 1 de Yumiko Shirai

   WOMBS, tome 1 Yumiko Shirai Akata 256 p. mars 2021 ISBN : 9782369747826     Lecture dans le cadre de la masse critique de @babelio_ . Me...