dimanche 29 avril 2018

Le Journal de Gurty, tome 4 : Printemps de chien

©Sarbacane

Dog on Facebook Dog on Facebook Dog on Facebook Dog on Facebook Dog on Facebook

Le Journal de Gurty 4 : printemps de chien, Bertrand SANTINI, Sarbacane, février 2018, 158 p., 9782377310746

 
La petite histoire

Une première, en première ! Gurty prend l'avion pour se rendre en vacances de printemps en Provence et retrouver tous ses amis : Fleur, Tête-de-Fesses, l’écureuil,  Ftéphanie l'hérissonne et toute la clique des voisins...
 
"C'est nul, les hérissons. Ils sont comme la moutarde : il faut jamais les manger, sinon ça pique." 
Le contexte de lecture

J'ai lu ce roman jeunesse en bonus pour le challenge Le PrinTemps de lire, menu 3 : doux printemps
 
L'auteur

Bertrand SANTINI nous proposera un nouvel opus de Gurty avec Vacances chez Tête de Fesses, d'ici la fin de l'année.  (Youpi !). Par ailleurs, l'on peut découvrir Miss Pook et les enfants de la Lune et une bande dessinée L'Esprit de Lewis, tome 1.


 
©Grasset Jeunesse/ ©Soleil
 
L'objet-livre

J'adore cette collection Pépix avec des couvertures aux couleurs vitaminées et ici en accord avec la saison pour le coup. Les dessins de Bertrand Santini sont aussi drôles que les textes. 
©Sarbacane
 
Les personnages
Nous allons encore découvrir de nouveaux arrivants... Le bestiaire s'agrandit avec les grenouilles terrifiantes et l'hérissonne avec un cheveu sur la langue. 

 "Les grenouilles, c'est un peu comme des écureuils, mais sans poils, sans arbre et sans queue."  

 Gurty a toujours autant la pêche et nous entraîne dans des aventures délirantes.
Hilarité assurée avec les trombines de chaque animal.
Les Caboufigues font les frais des plaisanteries de Gurty et ses amis dans ce nouvel opus, ainsi que Tête de Fesses.
 Ce que je retiens de ce livre...

Un opus de plus me direz-vous... et oui ! Et pour notre plus grand plaisir. 
Un petit grain de folie et de spontanéité dans ce monde de brutes avec du cocasse, du drôlissime et du j'en-redemande ! C'est un rendez-vous à ne pas manquer pour  travailler ses zygomatiques...et la gymnastique est de haut vol. 
 
 "Les étoiles brillaient de toutes leurs dents." 

Pour l'entraînement de ces muscles du rire replongez-vous encore et encore dans les saisons précédentes en attendant un duel Gurty/Tête de Fesses (à venir très prochainement)!

L'Héritier des Draconis 3 : la baie aux arcs-en-ciel

 
©Gulf Stream

  🐉🐉🐉🐉

L'Héritier des Draconis 3 : la baie aux arcs-en-ciel

Carina ROZENFELD

Gulf Stream

mars 2018

326 p.

9782354885212



L'Histoire


Elliott est en vacances avec Achille, le chat de Draconia quand la boule blanche vient le chercher pour le ramener à Draconia avec ses amis Gédéon et Tamara. Il va retrouver Gulliver et Léna. Son oncle Kian le poursuit et Elliott vit de nouvelles aventures mais il va surtout avoir des réponses sur sa famille et ses révélations vont le rendre plus déterminé encore.


Contexte de lecture et autrice


Lecture à deux voix avec mon fils de 11 ans. Un quatrième tome sortira sans doute en fin d'année.

Du même auteur, j'ai déjà lu les clefs de Babel que j'aurai voulu voir développé un peu plus (beaucoup de questions sans réponse) et A la poursuite des Humutes un très court roman de SF sans prétention avec un message sur l'acceptation de soi malgré la différence. J'ai dévoré E.V.E : Entité Vigilance Enquête que j'ai adoré : action, réflexion et personnages attachants.

Mon avis

 L'objet-livre


J'adore le format carré de cette édition et en plus il y a encore un flipbook avec un nouveau dragon en haut de pages, j'adore !!! La typographie est bien choisie car aérée ce qui apporte un autre confort de lecture
Les chapitres comme les tomes précédents sont assez courts et rythment bien l'aventure de nos jeunes héros. 

L'intrigue

 Nous retrouvons avec plaisir notre trio sur Terre, puis sur Draconia.
  L'amitié et la solidarité sont mises à l'honneur de nouveau dans ce troisième tome. De nouvelles aventures mettent à l'épreuve nos héros mais c'est surtout la découverte d'un pan du passé d'Elliot qui permet d'espérer pour les Draconis. Kian est ici moins présent même si il reste une menace toujours latente.
Elliot et ses amis partent en quête pour retrouver une personne qui pourra bouleverser l'avenir de Draconia. L'autrice entretient le suspense avec l'enchaînement de poursuites, d'enquêtes, de mystères à Aquarine, dans la villa de la Baie-aux-arcs-en-ciel à Magie-Ville ...

Un bon troisième tome avec des aventures nouvelles et une légère avancée dans la quête.

Un roman jeunesse dès 10 ans, pour les aventuriers et dragonniers.
 https://malecturotheque.files.wordpress.com/2017/11/cli6c-poumonvert_ianrmacleod.png?w=300&h=300

Challenge Ultime Jeunesse/Young Adult niveau 4

Challenge ultime young adult : niveau 4



Niveau 4  : Lire un roman jeunesse/young adult qui se passe…

Je dois lire au moins 3 romans pour valider ce niveau !

1- dans une école secondaire  :

2- en été :

3- pendant lequel les personnages font un voyage dans l’espace et/ou vivent sur une autre planète :

4- dans un lieu/une ville que vous aimeriez visiter :Le Journal de Gurty 4
de Bertrand Santini (la Provence)

5- avant le 21e siècle : Le Fantôme de la tasse de thé
de Lafcadio Hearn, Philippe Depotte, N.M. Zimmermann.

 
X/5









samedi 28 avril 2018

La Fourmi rouge

Ant on Microsoft Ant on Microsoft Ant on Microsoft   Ant on Microsoft Ant on Microsoft

La Fourmi rouge, Emilie CHAZERAND, Sarbacane, juin 2017, 254 p., 9782848659985


La petite histoire



Vania Strudel a 15 ans et est une adolescente complexée, "une fourmi noire". Comment va-t-elle devenir une fourmi rouge, la fameuse "solenopsis invicta" ou fourmi de feu ? Vous le découvrirez en lisant le livre...

"Le mensonge, c'est un sport vraiment crevant."

Le contexte de lecture



Lecture du challenge PrinTemps de Lire 2018,

 du menu 1 : l'esprit en éveil. Ce roman répond 

pleinement à ce thème car Vania va connaître une 

véritable éclosion personnelle.



Ce roman valide également le challenge LGBT.



L' autrice

Emilie Chazerand est une auteure connue également sous 

le nom de Eli Esseriam. Elle a écrit une saga young adult

 Apocalypsis rééditée cette année chez Lynks et des 

albums pour la jeunesse comme Un frère en bocal, les 

papas de Violette

©Lynksbenjaminsmedia/©Gautier-Languereau

 
 L'objet-livre

J'adore la couverture pleine de peps et la quatrième de couv. qui annonce la couleur : humour et complexes ado.

  Les thèmes abordés

Un des thèmes principal c'est celui de la famille mais il y a  aussi celui de la construction de soi, de l'identité, l'amitié est également une valeur bien présente dans le récit. Ce sont les relations entre les personnages qui fait la richesse de ce récit.


 
 Les personnages

Nous allons rencontrer les habitants d'un immeuble, tous avec des personnalités très marquées et plutôt loufoques : ils sont tous très attachants à leur manière.
J'adore le personnage principal, Vania, qui a des défauts et des travers comme chacun d'entre nous. 

"Je ne mens pas, je joue avec les mots, nuance. Je suis le metteur en scène de ma propre vie et j'ai construit mon décor. En quoi est-ce mal ? Tout est toujours une question de perception."

Vania se voit comme "un pet de mouche dans le brouhaha du cosmos".  

"Mon corps n'a pas été pensé pour l'effort. Il n'a aucune 

endurance, pas la plus petite disposition à l'aérodynamisme,

 zéro coordination."
 
Une vision "très positive" pour une adolescente bien dans sa peau, cela va sans dire.
J'aime voir : 
 la relation du père et de sa fille évoluer,

"Parce que le héros n'est pas forcément celui qui se bat,

 triomphe et récolte gloire et lauriers.Parfois, le héros, c'est

 juste celui qui choisit de rester."  

la relation de Vania avec  son meilleur ami Pirach zigzaguer,

 
"On tirait des plans sur des tas de comètes qui ne 

traversaient jamais nos ciels bas de plafond."

la relation de Vania avec sa meilleure amie Victoire se sublimer,

 " Je crois pas que l'important soit d'avoir le choix. 

L'important, c'est ce qu'on fait d'une situation qu'on n'a pas

 voulue."

 ou encore la relation de Vania avec son ennemie jurée Charlotte Kramer dite Charlotte Crevure Pouffiasse Kramer s'éclairer mais surtout éclater. 

"Elle a une haute opinion d'elle-même, et une estime très basse des autres." A propos d'Alona, l'ombre de Charlotte

J'aime la façon dont Vania parle de sa mère à la fin de l'histoire. Sans faux-semblant avec une lucidité mordante mais essentielle pour pouvoir prendre "son envol" de petite fourmi rouge.

"Elle avait un certain don pour faire croire que le toc était de l'or pur... et vice versa. Oui, ma mère était comme ça : elle vendait du rêve puis livrait de la merde."

J'apprécie la complicité qu'elle tisse avec ce grand-père improvisé Abraham.
 
 Le style et l'écriture

J'adore les dialogues jubilatoires dans ce récit. C'est très libérateur. On rit de bon coeur et ça fait du bien.

"Mais contre toute attente, je sombre rapidement, assommée par un sommeil traître - de ceux qui viennent par-derrière et vous frappent dans la nuque, comme des ninjas, pour vous aspirer dans des rêves troubles."

L'humour est omniprésent et surtout lorsqu'il y a de la tension, des émotions.  

"Parfois, poser des questions, ça peut être comme vouloir serrer la main d'un manchot : c'est déplacé et incroyablement gênant."
  L'autrice a un style très foisonnant (ça babille tout le temps ou plutôt ça piaffe sans discontinuer) et plein de vitalité. Elle a su donner à chaque personnage un caractère bien trempé avec un je ne sais quoi de too much qui fait mouche et les rend touchants.
 Ce que je retiens de ce livre...
 
Un moment de lecture plaisir indéniable et qui pourtant donne à réfléchir mine de rien et nous fait vivre les émotions exacerbées d'une adolescente en effervescence.


Pépite style bonbon têtes brûlées : sucré et acide à la fois.
 

Le Fantôme de la tasse de thé

Teacup Without Handle on Apple Teacup Without Handle on Apple Teacup Without Handle on Apple Teacup Without Handle on Apple

Le fantôme de la tasse de thé, Lafcadio HEARN, Jean-Philippe DEPOTTE, N.M. ZIMMERMANN, Jérôme NOIREZ, Editions Issekinicho, octobre 2015, 159 p., 9782954312590


La petite histoire

Un samouraï, Sekinaï, en voulait boire son thé avale un fantôme et il se retrouve maudit. Les hommes de main d'un certain Shikubu Heinaï (le fantôme), lui annoncent qu'il va revenir dans quelques jours pour se venger de l'outrage qu'il lui a infligé.
Et l'histoire s'arrête subitement là...



 3 auteurs français ont décidé de proposer une version de la suite de ce récit.


 Le contexte de lecture

J'ai lu ce recueil de nouvelles fantastiques dans le cadre du challenge Le PrinTemps de Lire, menu 2 : destination Asie.

 
Les auteurs

Jean-Philippe Depotte est un auteur de récits fantastiques tel Les jours étranges de Nostradamus qui a été récompensé en 2012 par le prix Graham Masterton.

©Gallimard

 
N.M. Zimmermann est une autrice jeunesse qui propose des récits imaginaires : comme la série le grand livre de l'horreur ou encore Angelica Varinen 1 et 2 ou encore la trilogie Edencity.

©Albin Michel Jeunesse
 
©Flammarion jeunesse

©Milan

 Jérôme Noirez est un auteur de la littérature de l'imaginaire et pour la jeunesse avec des livres comme Brainless, Desolation road, Fleurs de dragon.

©Gulf Stream

©Gulf Stream
 
L'objet-livre

 L'objet livre est magnifique et soigné



La couverture est superbement  travaillée avec des couleurs en noir et rouge, des brillances et des 2ème et 3ème de couverture avec un motif japonais gris très élégant et sobre qui fait de ce livre un écrin.


 
Le reflet du samouraï par Jean-Philippe Depotte

Sekinaï/ Shikubu Heinaï sont le yin et le yang d'un même personnage. Dans ce récit, l'auteur va nous décortiquer la déchéance d'un lâche , d'un samouraï qui a failli à son honneur et qui ne peut pas se regarder en face et refuse la vérité jusqu'à éliminer les témoins présumés de sa lâcheté.


La tension monte crescendo jusqu'à l'ultime confrontation. Il va devoir affronter son propre reflet.

Le thé hanté par N.M. Zimmermann

Le samouraï Sekinaï va malencontreusement boire un mauvais esprit et être maudit. Il n'aura de cesse d'éviter la sentence proclamée par les serviteurs du fantôme vu dans sa tasse de thé, en luttant contre les mauvais rêves et les apparitions. Pour tout le monde, il sombre peu à peu dans la folie pour arriver à l'inévitable et affronter le fantôme.


Dans cette histoire, rêve et réalité se mêlent tant et si bien que l'on n'arrive plus à les distinguer. Une sorte de folie et un dédoublement se crée.
 
Obaké café par Jérôme Noirez

Dans ce récit, nous nous trouvons à l'époque actuelle à Tokyo avec Satoshi et son meilleur ami Masao. Nous allons les suivre dans leur vie de lycéen jusqu'au jour où Masao va révéler ses véritables sentiments pour Satoshi qui va le repousser. De cet acte suivra le suicide de Masao et les remords de Satoshi qui va se retrouver dans un état second après avoir bu l'esprit de Masao lors d'une cérémonie du thé.

La thématique abordée ici est celle du remords et de la difficulté de faire le deuil d'une personne qui a beaucoup compté. On assiste à une véritable descente aux enfers d'ailleurs le personnage principal parle de Jigoku, l'enfer bouddhiste. 

"L'esprit d'un mort qui s'accroche aux vivants est une chose redoutable et puissante."

Les visions de Satoshi sont très crues et morbides et ajoutent de la tension au récit. L'affrontement final entre les deux amis est terrible de désespoir et amour mêlés.

Ce que je retiens de ce livre...

Comme toujours dans un recueil de nouvelles, il est difficile d'apprécier au même degré chacun des récits. 
Si les deux premières restent très près de l'ambiance et l'époque des samouraïs, la dernière  s'en éloigne pour parler du thème du deuil qui me touche plus particulièrement. 
Mais j'ai apprécié l'atmosphère qui se dégage de chacune des nouvelles. Le fantastique est omniprésent avec la peur, le doute, la folie
Les auteurs ont su joué avec la corde ténue tendue entre réalité et rêve.
Le bol de thé avec un reflet de visage hante l'esprit bien après avoir fermé le recueil. 

J'ai apprécié l'ambiance japonisante qui dépayse et nous entraîne dans des croyances peu connues et un code de l'honneur très puissant, celui des samouraïs qui oblige à regarder ses actes et la mort en face
Ce code d'honneur se retrouve dans les trois histoires.  
J'ai plutôt apprécié ce concept de reprendre un début d'histoire et l'interpréter, le développer sur des plans différents.
  https://malecturotheque.files.wordpress.com/2017/11/cli6c-poumonvert_ianrmacleod.png?w=300&h=300
 

Inséparables de Sarah Crossan

Crédits : Rageot , Hellomarine 👄💗 1 💗👄 Inséparables Titre original : One (2015) Sarah Crossan Traduction  de Clémentine Beauva...