lundi 2 avril 2018

Le Temps des râteaux

©Zinedi

Le Temps des râteaux, Hervé Mestron, Zinedi, mars 2018, 137 p. 
La petite histoire

Edouard est un adolescent  avec tous les travers connus (addictions diverses au sucre, à l'alcool, la cigarette, les jeux vidéos...), malchanceux en amour et avec une mère envahissante qui cherche à le sortir de sa léthargie. Après un rendez-vous chez le médecin qui décrète que la marche est le meilleur moyen pour décrocher, voilà Edouard promeneur pour chien. 
 Édouard se retrouve en laisse avec Princesse Butterfly, un Yorkshire de concours.
Mais comme de bien entendu : un malheur n'arrive jamais seul, cette dernière parle en pensée à Edouard... 
Situations cocasses vont donc découler de cette relation canin-humain.

Le contexte de lecture

Envoi en service presse du livre par la maison d'édition Zinedi que je remercie. 

L'auteur

J'ai déjà lu deux autres romans jeunesse d'Hervé Mestron, à savoir Touche pas à ma mère (une histoire de femme battue) et Enterrement d'une vie de cancre (sur le handicap et la différence). J'ai également reçu de la part de l'auteur une nouvelle intitulée Cendres de Marbella que je n'ai pas encore lue.

L'objet-livre et le titre

La couverture et le titre donnent le ton du récit et semblent nous diriger vers une comédie
La couverture est plutôt "peps" avec ses couleurs vitaminées (jaune, rouge, bleu). Le personnage ahuri (Édouard) avec ses lunettes à double foyer, n'est absolument pas mis en valeur avec ce cadrage en plongée qui grossit exagérément sa tête. De plus, il se tient dans une attitude qui le fait passer pour le débile de base. 

L'intrigue 

On découvre Édouard en pleine thérapie pour remédier à ses "vices". C'est assez drôle dès le début.  

"J'essaie de remplir le temps à mesure qu'il se vide."

Mais je suis très frustrée par la fin qui arrive d'un coup et manque de développement alors que la première partie m'a semblé plus longuette et avec peu d'actions percutantes.   
 
Les personnages
Édouard
   
"...je n'étais plus l'Edouard aux mains maculées de problèmes."

J'aime beaucoup ce personnage tout en auto dérision, qui me rappelle un autre adolescent dégingandé Maxime dans Comment (bien) rater ses vacances d'Anne Percin.  

" En gros, la vie devait commencer par un bon râteau, si on voulait, un jour, espérer rouler des pelles. Je me suis marré, j'aimais bien cette phrase bien lourde, comme moi. "

Les autres personnages sont assez peu développés et restent très en surface, c'est dommage car on ne peut pas s'attacher à eux où leur trouver une réelle personnalité, même antipathique. Les personnages sont sans relief, même tante Gazou et ses formes généreuses. 

"Mais ce sont parfois les petits mensonges qui font grandir les vérités."

Ce que je retiens de ce livre...

Une lecture sympathique, sans plus. Elle permet de passer un bon moment de détente mais j'aurai aimé voir la relation mère-fils évoluer vers la fin, être plus approfondie.  


 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Et vous, que pensez-vous de ce livre ?

La Danse de l'ourse

   🌰☕🍎🍂 La Danse de l'ourse Patrice Favaro Thanh Portal (illustrations) Oskar (trimestre) juin 2016 47 p. La petite h...