samedi 28 avril 2018

La Fourmi rouge

Ant on Microsoft Ant on Microsoft Ant on Microsoft   Ant on Microsoft Ant on Microsoft

La Fourmi rouge, Emilie CHAZERAND, Sarbacane, juin 2017, 254 p., 9782848659985


La petite histoire



Vania Strudel a 15 ans et est une adolescente complexée, "une fourmi noire". Comment va-t-elle devenir une fourmi rouge, la fameuse "solenopsis invicta" ou fourmi de feu ? Vous le découvrirez en lisant le livre...

"Le mensonge, c'est un sport vraiment crevant."

Le contexte de lecture



Lecture du challenge PrinTemps de Lire 2018,

 du menu 1 : l'esprit en éveil. Ce roman répond 

pleinement à ce thème car Vania va connaître une 

véritable éclosion personnelle.



Ce roman valide également le challenge LGBT.



L' autrice

Emilie Chazerand est une auteure connue également sous 

le nom de Eli Esseriam. Elle a écrit une saga young adult

 Apocalypsis rééditée cette année chez Lynks et des 

albums pour la jeunesse comme Un frère en bocal, les 

papas de Violette

©Lynksbenjaminsmedia/©Gautier-Languereau

 
 L'objet-livre

J'adore la couverture pleine de peps et la quatrième de couv. qui annonce la couleur : humour et complexes ado.

  Les thèmes abordés

Un des thèmes principal c'est celui de la famille mais il y a  aussi celui de la construction de soi, de l'identité, l'amitié est également une valeur bien présente dans le récit. Ce sont les relations entre les personnages qui fait la richesse de ce récit.


 
 Les personnages

Nous allons rencontrer les habitants d'un immeuble, tous avec des personnalités très marquées et plutôt loufoques : ils sont tous très attachants à leur manière.
J'adore le personnage principal, Vania, qui a des défauts et des travers comme chacun d'entre nous. 

"Je ne mens pas, je joue avec les mots, nuance. Je suis le metteur en scène de ma propre vie et j'ai construit mon décor. En quoi est-ce mal ? Tout est toujours une question de perception."

Vania se voit comme "un pet de mouche dans le brouhaha du cosmos".  

"Mon corps n'a pas été pensé pour l'effort. Il n'a aucune 

endurance, pas la plus petite disposition à l'aérodynamisme,

 zéro coordination."
 
Une vision "très positive" pour une adolescente bien dans sa peau, cela va sans dire.
J'aime voir : 
 la relation du père et de sa fille évoluer,

"Parce que le héros n'est pas forcément celui qui se bat,

 triomphe et récolte gloire et lauriers.Parfois, le héros, c'est

 juste celui qui choisit de rester."  

la relation de Vania avec  son meilleur ami Pirach zigzaguer,

 
"On tirait des plans sur des tas de comètes qui ne 

traversaient jamais nos ciels bas de plafond."

la relation de Vania avec sa meilleure amie Victoire se sublimer,

 " Je crois pas que l'important soit d'avoir le choix. 

L'important, c'est ce qu'on fait d'une situation qu'on n'a pas

 voulue."

 ou encore la relation de Vania avec son ennemie jurée Charlotte Kramer dite Charlotte Crevure Pouffiasse Kramer s'éclairer mais surtout éclater. 

"Elle a une haute opinion d'elle-même, et une estime très basse des autres." A propos d'Alona, l'ombre de Charlotte

J'aime la façon dont Vania parle de sa mère à la fin de l'histoire. Sans faux-semblant avec une lucidité mordante mais essentielle pour pouvoir prendre "son envol" de petite fourmi rouge.

"Elle avait un certain don pour faire croire que le toc était de l'or pur... et vice versa. Oui, ma mère était comme ça : elle vendait du rêve puis livrait de la merde."

J'apprécie la complicité qu'elle tisse avec ce grand-père improvisé Abraham.
 
 Le style et l'écriture

J'adore les dialogues jubilatoires dans ce récit. C'est très libérateur. On rit de bon coeur et ça fait du bien.

"Mais contre toute attente, je sombre rapidement, assommée par un sommeil traître - de ceux qui viennent par-derrière et vous frappent dans la nuque, comme des ninjas, pour vous aspirer dans des rêves troubles."

L'humour est omniprésent et surtout lorsqu'il y a de la tension, des émotions.  

"Parfois, poser des questions, ça peut être comme vouloir serrer la main d'un manchot : c'est déplacé et incroyablement gênant."
  L'autrice a un style très foisonnant (ça babille tout le temps ou plutôt ça piaffe sans discontinuer) et plein de vitalité. Elle a su donner à chaque personnage un caractère bien trempé avec un je ne sais quoi de too much qui fait mouche et les rend touchants.
 Ce que je retiens de ce livre...
 
Un moment de lecture plaisir indéniable et qui pourtant donne à réfléchir mine de rien et nous fait vivre les émotions exacerbées d'une adolescente en effervescence.


Pépite style bonbon têtes brûlées : sucré et acide à la fois.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Et vous, que pensez-vous de ce livre ?

WOMBS, tome 1 de Yumiko Shirai

   WOMBS, tome 1 Yumiko Shirai Akata 256 p. mars 2021 ISBN : 9782369747826     Lecture dans le cadre de la masse critique de @babelio_ . Me...