vendredi 15 février 2019

L'Héritier des Draconis, tome 5 : la dernière bataille


Source : © Gulf Stream éditeur
  🐉🐉🐲🐉🐉

L'Héritier des Draconis, tome 5 : la dernière bataille
Carina Rozenfeld
Martin, Mathieu (illustrateur)
Gulf Stream éditeur
 janvier 2019
313 p.
ISBN : 9782354886578

La petite histoire

Nous retrouvons Elliott sur Terre  avec ses amis en pleine confrontation avec les Alterhydres et autres oiseaux aux becs d'argent. Un dernier périple à Draconia attend la fine équipe : mais avec quelles épreuves, quels dangers vont-ils affronter ? 


Le contexte de lecture

Lecture à deux voix avec mon fils : une belle aventure qui se termine et le partage du plaisir de lecture autour de ses personnages attachants. Merci Carina Rozenfeld pour ce moment offert (sans préméditation) de complicité et d'échange. Le plaisir de la lecture est multiplié lorsqu'il est partagé.
Je lorgnerais sur la prochaine aventure de cette autrice.

Ce que je retiens de cette lecture... 

L'intrigue

Un nouveau passage sur Terre permet de constater de Kian, l'ennemi juré est toujours aux trousses d'Elliott et que l'espace ou la distance n'est pas un frein pour lui. Elliott et sa bande vont expérimenter de nouvelles tactiques et attaques pour se défendre face aux sbires de l'immonde  hécatonchire* qu'est devenu Kian. 
 *mot que m'a soufflé mon fils et qu'il a découvert en cours de français sur la mythologie ( pour les érudits et autres curieux voici la définition de ce monstre hybride : une créature à cent bras et cinquante têtes). [Pour Kian remplacer les bras par des ailes de dragon.]

De l'action, des émotions et un rythme qui s'accélère vers le dénouement : que du très bon...
La fin approchant, on hésite à tourner les pages pour retenir les personnages encore un peu. 

Les personnages

Difficile en effet de lâcher les personnages auxquels nous nous sommes attachés à travers les différentes épreuves.

Mais retournons nous une dernière fois vers eux pour voir leur personnalité, leur évolution.

Elliott est un petit gars très sombre au début de ses aventures, complexé, peu sûr de lui, ballotté de famille d'accueil en foyer : il est comme perdu, déraciné, le coeur en exil. 

Que de chemin  parcouru depuis ce tome 1 : Elliott retrouve ses origines, s'accepte tel qu'il est. 

" Pour la première fois, il était heureux de posséder ces deux origines, ces deux expériences, ces deux cultures. "

Ces amis ne sont pas plus folichons : Gédéon est harcelé, Tamara fragilisée par le divorce de ses parents. Au fil des tomes, ils vont grandir physiquement mais surtout mentalement : ils vont prendre confiance en eux, se forger un caractère, affermir leur personnalité. 
Le plus important dans ce trio, c'est leur complémentarité et la solidarité qui les lient face à l'adversité sur Terre contre Edouard, à Draconia contre Kian. 

S'il ne fallait retenir qu'une phrase, c'est celle-ci, qui est le ciment de cette saga : 

"...son plus grand trésor, c'étaient ses amis, les personnes qui l'aimaient. "

Nous quittons Gulliver, notre Hagrid draconien gigantesque et au coeur tendre. 

Nous disons au revoir à Achille, le chat qui parle. 

Léna, la cousine intrépide, talentueuse sculptrice dont la créativité sauvera Elliott à maintes reprises.

Saluons bien bas celle que nous avons rencontrée récemment dans le tome précédent :  la digne reine de Draconia, Anaïtis

Je n'oublie pas les mages, les amis de passage qui ont aidé Elliott. 

Et si nous parlions de Kian : ce monstre. Quel ennemi acharné ! Un méchant digne de ce nom, malheureux sans doute, mais animé d'une haine fiévreuse. 


Enfin, quittons Draconia en saluant les dragons aux multiples pouvoirs d'Elliott et des Draconis. Ils voleront dans nos rêves encore quelques temps...

  Une très bonne série pour les 9-12 ans que je conseille aux aventuriers, amoureux des dragons. Un peu triste de quitter la clique Elliott, Tamara, Gédéon, Gulliver, Achille...


lundi 11 février 2019

#PLIB2019 Le Passageur, tome 1 : le coq et l'enfant




 © Lynks

 💀💀🖤💀💀

Le Passageur, tome 1 : le coq et l'enfant
Andoryss
Lynks
mai 2018
283 p.
ISBN : 9791097434151

La petite histoire 

Matéo Soler est un adolescent qui vit dans la banlieue parisienne avec sa famille : son père taciturne et colérique, son grand frère Diego protecteur et sa petite sœur Luisa, génie scientifique. Il va basculer dans un autre monde, le jour où il va voir une enfant fantôme. Son destin va le conduire par-delà les limbes, vers un passé qui va lui ouvrir les yeux sur ses propres souffrances. 


" (...)la vérité dort dans nos silences. "

  Le contexte de lecture

Lu dans le cadre du PLIB 2019 et les 21 sélectionnés, j'ai adoré découvre cette histoire fantastique qui fera partie de mes 5 sélectionnés. 


L'objet-livre

Je ne pouvais pas ne pas parler de la couverture et de l'objet en lui-même. D'abord la première de couverture correspond tout à fait à l'ambiance fantastique du roman : une photographie en noir et blanc d'une enfant dans un cimetière, dont on ne voit pas le visage et qui représente parfaitement un des personnages du livre accompagné d'un titre rehaussé d'or et d'arabesques qui souligne ce mot étrange de Passageur. J'adore le toucher du papier avec un grain particulier. Magnifique objet livre !


Ce que je retiens de cette lecture...

 L'intrigue

 Nous débarquons dans l'histoire au moment où  il voit un fantôme et où il est désigné comme Passageur alors que ce rôle incombe toujours aux femmes. Mais qu'est-ce qu'un Passageur ? 


C'est une personne aux dons particuliers qui peut aider les âmes à partir en paix, rejoindre la mort et arrêter de hanter les vivants. 

 " Une Passageuse. Enfin un passageur sert les morts. 
Tous les fantômes n'ont pas besoin de lui, car tous les fantômes ne veulent pas passer. "

Le premier fantôme qui hante Matéo l'entraîne un siècle et demi en arrière. 

L'autrice nous fait effectuer des sauts temporels de notre actualité à celle des Parisiens sous la Commune dans les années 1880. Elle projette son jeune héros dans la tourmente d'une guerre civile où les pauvres  ne sortent de ce conflit armé que les pieds devant. Les Versaillais, en une semaine sanglante, réduisent les partisans de cette révolution à néant. 

 " Ce sont toujours les pauvres qui perdent, 
et les riches qui gagnent. 
L'argent ne partage pas le pouvoir. "

Cette violence n'a d'égale que l'indifférence de chacun pour la situation des Roms aujourd'hui. Situation bien illustrée dans ce roman. 

Le jeune héros est un Rom sédentarisé qui ne côtoie que de loin la communauté du Camp, mais il connaît le même mépris au collège, dans la rue. La société le rejette simplement parce qu'il est gitan. 

 "Me faire la morale, 
c'est essayer d'attraper un nuage avec un filet à papillons."


Matéo s'accommode assez de cette indifférence et de ce mépris, c'est plutôt sa culpabilité et la colère de son père qui le rongent depuis le décès de sa mère et de sa sœur. Il se sent coupable de leur mort. 

" (...)chez moi, la culpabilité est un lac insondable retenu par un barrage fissuré. "

Le récit est un véritable parcours initiatique pour Matéo qui va même métaphoriquement traverser l'enfer en passant dans les catacombes de Paris à la poursuite de son propre fantôme.  

 " Peur ? 
Je cherche en moi quelque chose qui pourrait ressembler à ça. 
Je ne trouve rien. 
La mort m'accompagne, et sa façon d'être près de moi me confirme tout à la fois qu'elle n'est pas une fin, ni même un ennemi. "


les personnages

Matéo est un grand adolescent dégingandé, adepte de "parkour" plus pour échapper aux harceleurs que pour pratiquer une discipline sportive. 

" Moi, je suis le corbeau de la famille. 
Grand, déconstruit par l'adolescence, la peau sombre, les cheveux plus sombres encore, lisses et noirs. 
Mais nous avons tous les mêmes yeux, tous les Soler. 
Des yeux bleu clair, de la couleur de l'eau qui sort des glaciers."

Il est très sensible et sait comprendre les émotions des autres comme le dit si justement sa sœur Luisa. La culpabilité est son poids quotidien et lui oppresse les poumons, lui obstrue la vue. Ses épreuves vont le révéler et il va enfin s'accepter et enfin vivre. 

 " Mes rêves sont peut-être des mensonges que mon cerveau invente, tout comme les souvenirs que je me traîne."

Diego et Luisa sont des frères et sœurs attentifs et aimants, toujours prêts à le défendre face à un père violent.

Les Roms : ils sont présents à la fois dans le Camp près de chez Matéo et en 1880 à Paris. Leur communauté est très soudée, méfiante vis-à-vis de la société. Pour eux les Passageuses sont sacrées car elles côtoient les morts pour les apaiser. Leurs croyances se transmettent de génération en génération, ils sont très indépendants et fiers. 

Le père de Matéo est souvent absent car il est routier. Sinon il  n'est que douleur. Il n'a pas réussit en faire son deuil, il est un peu comme un trushal odji  (âme en peine) vivant. 

 " Il a enterré la mémoire en même temps que leurs corps, 
nous a déracinés, et a coupé tout ce qui le rattachait au passé. " 

 " Le silence règnera en maître chez nous, ce soir comme tous les soirs depuis la mort de maman, quand papa rentre à la maison. Mon père avale nos voix, 
qu'elles aient un sens ou qu'elles n'en aient pas. "


Marie est le premier trushal odji qu'il doit aider. C'est une très jeune femme révolutionnaire qui se débat seule avec son enfant dans un Paris incendié. Elle est morte sans avoir pu protéger son enfant. 

Louise c'est un prénom porté par plusieurs personnages du livre comme si ceux-ci se faisaient écho de génération en génération. Il est à rapprocher de Luisa la sœur de Matéo, également. 

L'enfant fantôme est le fil rouge de Matéo, son fil d'Ariane qui lui permet de passer d'une époque à l'autre sans se perdre. Au fil de l'histoire, l'on va se rendre compte de son importance dans l'évolution de Matéo. Une magnifique relation les lie l'un à l'autre.

Inma 
 Elle est la détentrice du savoir gitan sur les dons des Passageuses. La description qui suit fait d'elle une sorcière, une magicienne, très mystérieuse.

 " l'ombre est une vieille femme toute sèche, 
ridée comme le désert, 
aux yeux lumineux 
et aux cheveux d'encre saupoudrés de blanc."

L'écriture

J'aime la plume d'Andoryss, empreinte de poésie. 

" J'ai le coeur au bord des lèvres et des semelles de plomb. "


L'autrice rend compte merveilleusement des émotions des personnages mais elle rend également bien vivante l'histoire avec un grand H. 
Les allers et retours entre passé et présent rythment bien l'histoire et des pans d'ombre sont levés pour permettre au lecteur d'avancer comme Matéo vers une certaine vérité. 

" Les gens du voyage, comme les Passageurs, vivent l'Histoire tout en restant en dehors d'elle. "

J'aime la place laissée au rêve pour dévoiler de façon subtile une réalité dure à encaisser. 



" J'ai été arraché à moi-même, 
et le monde a perdu toute sa réalité. 
Je corrige : le monde est réel, c'est moi qui ai cessé d'exister. "




Très belle histoire fantastique avec un fond historique méconnu. Les personnages de cette famille sont attachants et émouvants. Aborder la communauté Rom et la Commune dans un livre fantastique, c'est plutôt original et pour le coup très bien "ficelé". La suite me tente pour voir vers quelle époque, l'autrice compte nous amener.


 " Si je descends dans les profondeurs du monde, 
qui sait si je remonterais ? "

samedi 9 février 2019

#PLIB2019 Mes vies à l'envers


Crédit source : Gulf Stream éditeur

⏳⏳⏳⏳⏳
Mes vies à l'envers
Maxime Fontaine
Gulf Stream
Echos
 mai 2018
352 p.
#ISBN:9782354886127

La petite histoire

Yohann Massart, jeune lycéen, rentre chez lui, quand il est froidement exécuté par un trio dont sa petite amie, Léa. Un cycle infernal est alors enclenché qui va le conduire à rebrousse temps d'une époque à l'autre, d'un corps à l'autre.  Cette expérience inédite va d'abord lui briser le coeur mais aussi lui ouvrir un nouvel horizon de possibles...


Le contexte de lecture

Une lecture pour la sélection du Prix des Imaginaires et de la pré-pré-sélection du PLIB 2019. 


Ce que j'ai pensé de cette lecture...

Une très belle découverte avec ce roman fantastique aux voyages temporels, véritable quête initiatique pour notre jeune héros. 

L'univers développé

L'auteur nous entraîne dans l'espace et le temps d'une région du monde à une époque donnée et à chaque fois dans un corps différent. Ces changements, cette mouvance  vont permettre de mettre en évidence des constantes qui régissent la vie humaine et amènent ainsi le héros à comprendre les valeurs essentielles de la vie. 


Les personnages

J'ai adoré découvrir les différents personnages qu'incarne le lycéen. Ces différents points de vue lui permettent d'avoir de l'empathie pour chacun et d'évoluer. Je me suis moi aussi attachée à un petit africain esclave au 17ème siècle, une vieille japonaise déterminée, mais mon personnage préféré est un ami providentiel de Yohann et non une réincarnation : Edmundo Faia. Ce personnage haut en couleurs apporte un contrepoint essentiel pour que le héros progresse et ne s'enlise pas dans une spirale temporaire répétitive. 
Le temps passé avec chaque protagoniste semble toujours trop court. On est frustré tel le héros de les quitter de façon abrupte et définitive.
Les "méchants" ne sont pas en reste et au fil des pages se nuancent. Le blanc et noir devient gris : chaque personnage présente alors sa part d'ombre.  


 "Au milieu du néant voilé où je venais d'atterrir, j'eus comme la désagréable impression d'avoir à moitié raté ma mort."

La plume de l'auteur

Le récit avance très vite et les rebondissements s'enchaînent tenant le lecteur en haleine. Les surprises scénaristiques se succèdent et font de ce récit une histoire originale et complexe mais fluide. 
J'ai beaucoup aimé l'écriture précise et réflexive. L'auteur mêle habilement aventure, action et introspection, réflexion.

Mise en réseau
Dans le même registre de réincarnation dans des corps différents je pense à l'excellent Orlando de Virginia Woolf ou encore de David Levithan à A comme aujourd'hui.









dimanche 3 février 2019

Delinaël


©Rebelle éditions

🔮🔮🔮🔮
Delinaël : la dernière chronique d'Olériäm
Walhan
Rebelle
octobre 2018
293 p. 
9782365387088


La petite histoire

Delinaël vit paisiblement sur son île quand  ses tatouages interdits sont découverts et le pousse sur les routes, en fuite, et à la recherche de sa véritable identité. Il part en compagnie de Lamilès, un chevalier de fer. Il va découvrir tout un monde où les simples humains mortels côtoient des mages et des créatures aux pouvoirs maléfiques.

Le contexte de lecture

Lecture qui me permet de valider le challenge Bookineurs en couleur session verte. 


Ce que je retiens de ce roman...

L'intrigue

 Nous commençons cette aventure avec un personnage amnésique que le passé va rattraper dans un monde imaginaire où la magie est regardée avec méfiance. Cet univers de fantasy voit des peuples différents se côtoyer, commercer dans une ambiance médiévale et magique. 
La Guerre Lunaire a laissé des stigmates et des légendes mais semble loin des préoccupations des habitants de ce monde. Pourtant des tractations, des complots, un esclavage abusif et une soif de pouvoir corrompent  les personnes avides de territoires et de contrôle. Nous assistons à un véritable voyage initiatique avec cette cavale à travers l'île d'abord puis sur le continent au milieu d'un convoi, une caravane qui sillonne de part en part un territoire vaste qui amènera notre héros vers la mémoire et le danger et l'Académie des mages d'Areval.

Les personnages

Delinaël, un éternel : c'est le héros de ce récit, il est fort, robuste, amnésique, généreux et ne vieillit pas. Il n'a aucun souvenir de son passé si ce n'est des visions d'une femme à la peau bleue qu'il dessine à toute occasion. Un événement va précipiter sa fuite en avant et vers la vérité. 

Lamilès, le dévann : il est un chevalier toujours au service des autres, une légende vivante à la force herculéenne mais mortel. Ce guerrier aguerri va être un compagnon de voyage fidèle et loyal, véritable ange gardien de Delinaël. 

Dame Cyrann, bras droit du Passeur est une mercenaire futée, tenace, adroite. Elle n'a pas peur d'utiliser tous les moyens pour parvenir à ses fins.

Parenn, le vieux mercenaire est un repenti qui a laissé la vie sauve à Delinaël. Il doit pourtant honorer sa promesse en partant le traquer sur l'île de Kore-Ta.

Manel Fineligne, convoyeur est le chef d'expédition d'une caravane qui va traverser un territoire vaste du continent et va tenter d'amener son convoi à bon port et sans trop d'anicroches. Il essaie d'être prudent, perspicace. 

Les chasseurs de démon : ils sont trois et complémentaires. Ils cherchent à débusquer les derniers démons qui se terrent sur le Continent premant l'apparence d'humains inoffensifs. 

Le maître de la Guilde des Passeurs : appelé Melanisoheni est celui par qui tout arrive. Il est assoiffé de pouvoir et veut asservir autrui. Sa vengeance est sa raison d'être. Il a besoin des autres Passeurs et mages pour asseoir son pouvoir. Mais sa magie est défaillante. 

Câline, la démone c'est un personnage intrigant qui veut bousculer son destin pour exister.

Sy-Ra, Sahi-Lo, l'Ombre, une guerrière calénite est un personnage féminin rebelle fort qui ne lâche rien et veut libérer son peuple. 

Les Flenn, hommes-félins  : deux représentants font partie de la rébellion et du groupe mené par Sy-Ra. Très indépendants, ils lui sont loyaux.

L'écriture

 La plume de l'auteur est très fluide et les évènements s'enchaînent sans heurt pour notre plus grand plaisir. Les chapitres courts permettent une avancée rapide jusqu'au dénouement classique mais empreint de sagesse.


Une quête d'identité semée d'embûches, de complots, de meurtres et de trahisons et où des peuples aux pouvoirs magiques, télépathiques et des démons se croisent, se rencontrent... Un roman de fantasy plein d'actions à découvrir.

samedi 2 février 2019

Capitaine Rosalie

©Gallimard jeunesse
  ✉✉✉✉
Capitaine Rosalie
Auteur : Timothée de Fombelle
Illustratrice : Isabelle Arsenault
Gallimard jeunesse
octobre 2018
64 p.
9782075107693

La petite histoire

Nous suivons Capitaine Rosalie, une petite fille de 5 ans et demi en 1917. Elle vit seule avec sa mère qui, obligée d'aller à l'usine la journée, la confie à l'instituteur du village. Son père est au front à la guerre. Au fond de la classe, Rosalie s'est donnée une mission : celle d'affronter la vérité. 

 Le contexte de lecture

 Après avoir vu des avis très élogieux sur cet album, j'ai souhaité découvrir le personnage de Rosalie et cette histoire racontée par Timothée de Fombelle dont j'apprécie particulièrement la plume. 

©Gallimard jeunesse, Isabelle Arsenault, Thimothée de Fombelle


Ce que je retiens de cette lecture...

C'est un petit album émouvant. 
Rosalie est une petite fille déterminée avec une mission de vérité. Elle sent que sa mère enjolive les lettres que son père envoie du front, lors de la première guerre mondiale. 
Rosalie a décidé d'agir avec patience et conviction. Ce petit bout de femme est très touchant ; le contraste de sa jeunesse et sa fragilité avec ce caractère fort, lucide est poignant. 
Je ne connaissait pas le trait et les couleurs de cette illustratrice Isabelle Arsenault que je découvre avec plaisir. 

Elle a également réalisé les dessins des bandes-dessinées : Jeanne, le renard & moi , Louis parmi les spectres aux éditions de La Pastèque. 

La pastèque
 
La pastèque


Les dessins rendent compte à la fois de l'atmosphère triste de la guerre et de la vie à travers le personnage de Rosalie et les moments de tendresse avec sa mère ou la complicité d'Edgar, un camarade de classe. Le contraste entre les gris et noirs et le rouge orangé mettent bien en lumière ce brin de vie tenace au milieu de la grisaille, de la tristesse et la mort, du chagrin. 

©Gallimard jeunesse, Isabelle Arsenault


La puissance des mots à dire la vérité qu'en le silence est trop pesant. Même si les mots rendent compte d'une réalité dure, violente, ils parlent vrai à la petite Rosalie. Rosalie ne veut pas se voiler la face, elle veut affronter le monde dans toute sa réalité. Les auteurs nous montrent l'importance de la vérité pour se construire et avancer. Ils montrent également la force et la perspicacité d'une enfant que l'on croit protéger en lui mentant. 

Un très bel album au beau message.

L'Héritier des Draconis, tome 5 : la dernière bataille

Source : © Gulf Stream éditeur   🐉🐉🐲🐉🐉 L'Héritier des Draconis, tome 5 : la dernière bataille Carina Rozenfeld Martin, M...