jeudi 28 juin 2018

La Loi des pyramides, tome 1 : Chami Chikan

©Alice Jeunesse
❤❤❤❤
La Loi des pyramides, tome 1 : Chami Chikan, Philippe DUMONT, Alice jeunesse (les romans), novembre 2011, 384 p.,  9782874261350

 La petite histoire

Nous suivons l'aventure de Chami Chikan, petite fille de 8 huit ans vivant en 2082 sous le joug du Directoire qui protique l'eugénisme sur les enfants handicapés et les personnes âgées pour réguler la population.  cette enfant a des aptitudes particulières à la fois mystique et génétique. Son intelligence surpasse celui d'enfants de son âge mais surtout, elle a un coeur en or, toujours prête à aider son prochain. 

Le contexte de lecture

J'avais lu le tome 2 avant le tome 1 et j'avais découvert Zac, un jeune homme sans histoire et qui se retrouve au centre d'un complot planétaire. Je voulais découvrir le personnage de Chami, évoquée dans ce livre écrit antérieurement au tome 1. J'ai retrouvé dans les deux personnages une pureté, une innocence, une ténacité et beaucoup de courage face à l'adversité. Deux périples et deux personnages qui sont appelés à se rencontrer dans le dernier tome de la trilogie.

Les thèmes abordés et l'univers créé

Nous sommes en 2082 : la surpopulation a conduit les gouvernements à mettre en place des lois pas toujours équitables et justes pour le bien commun. Mais la révolte gronde, la résistance s'organise.  C'est dans ce climat de doutes que Chami Chikan va devoir renoncer à sa famille pour découvrir son passé trouble entre manipulation génétique et appel des ancêtres. Le thème de l'eugénisme et de la famille, du handicap et du vieillissement sont inter liés dans cette histoire qui prône la diversité, la solidarité intergénérationnelle et une forme de tolérance de l'autre même si il est différent. 

Les personnages

J'aime tout particulièrement la relation de Chami et Jojo, son grand-petit frère handicapé. Leur complicité et leur amour sont rayonnants. Chami a une personnalité riche  et elle est très mâture pour son âge. J'aime la voir évoluer et laisser libre cours à ses émotions au fil des pages. Elle est constamment rongée par le doute à cause de ses aptitudes hors norme difficiles à assumer pour son jeune âge. 
C'est un personnage féminin fort et volontaire qui ne se laisse pas dicter son destin et prend la vie à bras le corps, même si c'est difficile.  J'aime également le fait que Chami cherche à retrouver sa famille biologique et traverse pour cela la moitié de la planète. 
Une galerie de portraits touchants jalonne le récit toujours en mouvement. Les enfants  los Olvidados, la sœur inca, les parents des Forges et Josselin, el gato  et les méchants de l'histoire le lieutenant femme, Bourdin, Carmichaël, le scientifique fou ou encore le militaire Luc se côtoient et dévoilent des caractères très divers, complexes, tout en nuances.

L'écriture

L'écriture est fluide et le déplacement dans l'espace de l'histoire crée une dynamique indéniable. La psychologie n'est pas négligée face à l'action et l'on passe un agréable moment de lecture. 

Ce que je retiens de ce roman dystopique...

... c'est la force des personnages, leur sensibilité, la quête de l'héroïne qui nous touche  et l'ambiance générale assez originale qui nous place entre Amérique latine dépaysante et Espagne révolutionnaire. 
L'auteur nous place dans le doute et la réflexion ce qui est toujours bon en prendre.
 

jeudi 21 juin 2018

Rozenn, livre 1


© Plume Blanche

 ❤❤❤❤✨
Rozenn, livre 1, Laëtitia DANAE, Plume blanche, novembre 2018, 336 p., e-book

Merci à la maison d'édition PLUME BLANCHE pour cet envoi. J'ai adoré découvrir Rozenn et ses sœurs et je suis impatiente de retrouver ces personnages dans le prochain livre. 

La petite histoire

Nous débutons dans le récit avec la fugue de trois sœurs vers l'inconnu et loin de l'environnement rassurant de la Bulle. Ces trois jeunes filles sont des descendantes de djinns intouchables. Leurs pouvoirs et le fluide qui circule dans leurs veines est convoité, jalousé par des castes qui recherchent pouvoir et magie. Nous allons donc les suivre dans leur périple et à la découverte d'un monde de complots, de manigances et autres petits arrangements avec la liberté.

Le contexte de lecture

Une lecture que j'avais programmé pour le mois de la fantasy en mai mais qui a glissé en ce beau mois de juin. J'ai retrouvé une ambiance orientale comme dans les Rumeurs d'Issar de Marie Caillet que j'avais apprécié mais j'ai préféré Rozenn pour l'atmosphère, les complots et surtout la psychologie des personnages qui est beaucoup plus fouillé surtout les personnages féminins de cette aventure.  

Un univers exotique et envoûtant

J'adore dès le début l'atmosphère que crée l'auteure, une atmosphère empreinte de magie, de mystères surtout... avec des paysages changeants, exotiques, des créatures improbables et des champs de possible qui semblent infinis. Le palais des Dagnirs, véritable labyrinthe et miroir aux alouettes est magnifiquement décrit par touches successives avec ses salles gigognes, ses jardins secrets, ses hammams, sa salle d'armes, ses bibliothèques.


L'intrigue et thèmes abordés

Une action omniprésente, pas de temps mort et une fin qui nous laisse aux portes de changement, de bouleversement sans retour en arrière possible. C'est trépident à souhait. Je trouve que la notion d'esclavage en toile de fond laisse planer une atmosphère pesante et empreinte de dangers pour les personnages ce qui entretient la tension du récit. La magie apparaît deçà, delà sans ostentation.

Les personnages

Les trois sœurs : Rozenn, Daire et Odeleen 
J'aime les personnalités des différentes sœurs, leurs évolutions plus ou moins inquiétantes. Même si l'on suit principalement Rozenn, l'auteure nous peint une galerie de portraits féminins intrigants avec la sultane, la servante de Rozenn, et même, une djinn, d'une autre caste : sa rivale de toujours. 
Du côté masculin, nous ne sommes pas en reste avec un sultan insultant, un garde-du-corps omniprésent et prévenant, un meilleur ami attentif et trois frères prétendants, aux tempéraments distincts et mystérieux : Cayden, Cameron et Callum. 

L'écriture

C'est fluide et les chapitres courts rendent le récit addictif. L'auteure soigne son phrasé sans négliger la psychologie des personnages ce qui est son point fort à mon avis.  

 Ce que je retiens de ce livre...

...c'est qu'il frôle le coup de coeur en raison de sa non finitude que j'attendrais (bien malgré moi) avec patience  et grande envie de retrouver les personnages que l'auteure a su nous attacher si ce n'est au corps, c'est au coeur, sans nulle entrave.

mardi 19 juin 2018

Albums jeunesse (juin)


Grand corbeau, Béatrice FONTANEL et Antoine GUILLOPPE, Sarbacane, 2007, 24 p. 9782848651774

Grand corbeau ne s'aime pas : il n'aime pas son plumage, sa voix et pourtant un poète va lui révéler sa beauté et lui faire accepter sa condition.

Magnifique acceptation de soi avec un travail toujours aussi magnifique de l'image de la part d'Antoine Guilloppé qui joue avec les cadrages, plongées et contre-plongées pour créer une dynamique, du mouvement dans une nature épurée et enneigée. Le contraste des couleurs qui fait partie de sa panoplie d'illustrateur est ici encore magistral.  


Jojo l'ombrelle, Didier LEVY, Nathalie DIETERLE, Belin jeunesse, mars 2015, 28 p., 9782701193229

Jojo l'éléphant a perdu la mémoire au moment même où toute la jungle est en guerre. Il stoppe momentanément les belligérants pour leur demander de l'aider à retrouver ses souvenirs. Cette quête va ramener tout le monde vers des moments de vie heureux et  remettre en cause le conflit qui les oppose. Mais Jojo a-t-il réellement perdu la mémoire ? 

 Belle leçon de tolérance qui montre qu'il est important de se souvenir pour relativiser et peser le pour et le contre lorsque l'on s'oppose. Une leçon de vie à mettre dans toutes les petites mains pour plus de paix et de tolérance.





Capitaine Papy, Benji DAVIES, Milan, avril 2016, 30 p., 9782745977106

Nous suivons un petit garçon qui va retrouver son grand-père dans sa petite maison. Il vont partir pour un voyage en bateau pour une île paradisiaque. Papy va alors dire à son petit-fils qu'il ne rentre pas avec lui et préfère rester là dans ce monde extraordinaire. 

Belle image pour accepter la séparation, empreinte d'imaginaire et de joie de vivre, de complicité et de compréhension.


Le yéti, Fabrice HOUDRY, Thierry magnier, octobre 2006, 33 p., 9782844205001

Nous partons à la découverte du yéti et de son environnement.

 Magnifique album graphique où le yéti se transforme sans cesse en montagne, vallée... Une rencontre de l'autre qui se veut empreinte de curiosité et de poésie.



Gérard le bousier, Fred PARONUZZI, Andrée PRIGENT, Ecole des loisirs (kaléidoscope), septembre 2014, 24 p., 9782877678339

 Gérard est un grand voyageur à toujours rouler sa petite boule de bouse. Mais aujourd'hui, il a découvert un drôle d’œuf et décide de cheminer pour restituer cet œuf à sa famille.

Une aventure pleine de sagesse et d'humour qui nous permet de rencontrer toute sorte d'animaux et leur progéniture. Une lecture-randonnée rafraîchissante et drôle. 


Le grand méchant Graou, Ingrid CHABBERT,  GURIDI, Samir, avril 2015, 36 p., 9789953318059

Une énième histoire du Chaperon Rouge, me direz-vous ?  oui  ! Et alors on adore ! 
ici nous avons à faire à une drôle de créature noire et solitaire qui fait peur à tout le monde... ou presque.

Ou comment rompre la solitude et connaître l'amitié et ses trésors. Un album très tendre et un conte revisité pour traiter de la différence, des préjugés et de l'amitié. 





J'ai grandi ici, Anne CRAUSAZ, Editions MeMo, mai 2008, 44 p.978235890249

Le parcours d'une petite graine pour devenir un magnifique pommier. 

Toujours des illustrations épurées avec l'apparition en guest star de Raymond l'escargot. Nous assistons à la germination d'une graine et son développement au fil du temps et des saisons avec tout un bestiaire qui transite autour.  C'est toujours entre fiction et documentaire, entre personnification et informations : un album pour les curieux de nature.



J'attends maman, Izumi MOTOSHITA, Chiaki OKADA, Nobi Nobi, (1.2.3 soleil), mars 2016, 32 p., 9782373490237

Une petite fille attend sa maman à la fin des cours dans la classe de la maîtresse. Elle s'invente une histoire pour expliquer le retard de sa mère. 

Douceur et tendresse sont les maîtres mots de cet album cocooning . On découvre une complicité très forte entre une maman et sa fille et des moments simples de la vie de tous les jours nous apparaissent magnifiés et plein de poésie.




Alphonse !!! ça va pas la tête ? Daisy HIRST, Albin Michel Jeunesse, janvier 2016, 34 p., 9782226318800

Natalie a un petit frère Alphonse envahissant, agité et qui met la pagaille partout où il passe. 

Un message pour mieux apprécier un petit frère qui prend beaucoup de place et fait des bêtises. C'est drôle, pétillant mais aussi très tendre. Natalie passe par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel et les émotions sont multiples et variées. Mais au fond, elle aime profondément son petit frère Alphonse.
Les couleurs très vives et contrastées raviront les yeux des petits. J'adore l'expressivité de ses petites créatures attachantes.



dimanche 17 juin 2018

Participation au challenge de l'été et à des pavés sur la plage 2018 et etc...

Pour les grandes vacances

J'ai décidé de participer à deux challenges de plus : celui proposé par les petits mots de Saefiel : Challenge d'été et des Pavés sur la plage de Titepomme sur Livraddict et je continue Au fil des saisons et des pages - été proposé par Elodie Boulonne sur facebook.

Voici ma sélection en images : 









Sont concernés dans la sélection : 


Challenge Au fil des saisons et des pages - été



et la lecture commune : La tresse de Laëtitia Colombani


 Enfin participation également dans le cadre du PLIB au challenge Chaud Cacao pour booster les dernières lectures finalistes.

Voir ma PAL pour le challenge sur Livraddict : ici

dimanche 10 juin 2018

La Lumière de Bouchka


©éditions du mercredi
La Lumière de Bouchka de Rachel Hausfater, illustré par Emmanuelle Halgand, éditions du mercredi, novembre 2017, 44 p., 9791093433301


L'histoire

Bouchka éprouve un terrible déchirement à chaque fois que son père part : elle n'est alors plus que souffrance, colère et peur. Le noir envahit sa vie, même sa mère ne parvient pas à l'apaiser.  Finalement, Bouchka s'enfuit dans la nuit. Comment pourra-t-elle retrouver la lumière ? 


Le contexte de lecture

Cet album, je l'ai reçu grâce à la masse critique Babelio que je remercie pour l'envoi ainsi que la maison d'édition Editions du mercredi.
 
L'auteure et l'illustratrice

Rachel Hausfater est une autrice jeunesse. Il existe une autre version de cet album par un autre illustrateur : Rémi Wyart.
©Sarbacane

L'illustratrice Emmanuelle Halgand a déjà proposé des albums.
©éditions du mercredi/©Magellan et cie/ ©des Ronds dans l'o

 
L'objet-livre et les thématiques abordées


 L'illustratrice joue avec les couleurs joyeuses (rouge vif, vert)  pour les vêtements de Bouchka. Elle instaure ensuite un effet pingpong entre le noir , symbole du négatif, de la nuit, de la colère et le blanc apaisant, symbole de pureté et de lumière.
©Emmanuelle Halgand

©Emmanuelle Halgand

©Emmanuelle Halgand/©Rachel Hausfater

©Emmanuelle Halgand /©Rachel Hausfater

 Ce récit est un concentré d'émotions intenses : la tristesse côtoie la colère, la peur mais aussi des énergies positives comme le calme, le réconfort.
©Emmanuelle Halgand

©Emmanuelle Halgand/©Rachel Hausfater
 
Ce que je retiens de cet album...


©Emmanuelle Halgand

L'album baigne dans une atmosphère sombre au départ et qui se dissipe au profit de la lumière et finalement de la couleur. La palette des émotions correspond à la palette très diversifiée du peintre. Les sentiments, les sensations de la petite Bouchka évoluent, mutent lors du récit flirtant avec le conte et le fantastique. Cela donne à l'ensemble une teinte poétique
 

©Emmanuelle Halgand









samedi 9 juin 2018

Tic-tac, à vos souhaits ! de Delphine Dumouchel et Nicolas Grebil

©Miroir aux Troubles
❤❤❤❤

Tic-tac, à vos souhaits ! de Delphine Dumouchel et Nicolas Grebil, Miroir aux troubles, octobre 2014, 9791093585093

 L'histoire

James, 14 ans, vit sans doute dans les bas-fonds de Londres, à l'époque victorienne. Nous allons suivre une journée du jeune homme rythmé par une montre magique...

 Contexte de lecture

J'ai découvert cette petite maison d'édition grâce à un livre de Cécile Guillot, la cité automate. Cette maison d'édition Miroir aux Troubles à la double originalité  de proposer des histoires de qualité adaptées aux dyslexiques et des récits empreints d'imaginaire.
 
©Nicolas Grebil


Auteure et illustrateur

 Delphine Dumouchel est une auteure spécialisée en littérature de l'imaginaire et plutôt jeunesse et Nicolas Grebil réalise des illustrations très cartoonesques dans ce roman, ainsi que pour la presse et la jeunesse.  


©Sema/©Miroir aux Troubles/ ©De plaines en vallées/ ©Anyway

©Pemf
L'intrigue

Une histoire fantastique jeunesse, avec de la magie, sur fond de Londres Steampunk.  

©Nicolas Grebil
 
Le style 

 Des dialogues savoureux  et une écriture claire et agréable.
  Les dessins de Nicolas Grebil amène humour et légèreté à ce roman-nouvelle.C'est très court, mais cela se lit avec grand plaisir. On souhaiterait retrouver les personnages dans de nouvelles aventures.
©Nicolas Grebil



Les personnages

Le personnage de James est attachant, tout de suite.  Sa mère est une femme détestable dès le début. Enfin l'horloger fantasque à tout d'un personnage à la Tim Burton ou à la Lewis Carroll. 

©Nicolas Grebil
 
 Ce que je retiens de ce court roman...

Un récit vivant empreint de magie avec des personnages intéressants à découvrir.   

©Nicolas Grebil
 

https://malecturotheque.files.wordpress.com/2017/11/cli6c-poumonvert_ianrmacleod.png?w=300&h=300

Au-delà des limbes

❤ ❤ ❤ ❤ Titre : Au-delà des limbes Autrice : Mélanie Baranger Maison d'édition : Plume Blanche Date d'édition : mai 2016 ...