dimanche 7 janvier 2018

Un Garçon nommé Noël

Santa Claus on Samsung Wrapped Gift on Samsung Deer on Google Snowflake on WhatsApp



Un Garçon nommé Noël  



Matt HAIG
Chris MOULD (illustrations)

Hélium

Octobre 2016

255 p.


« une impossibilité,

c’est juste une possibilité que tu n’as pas encore comprise... »



L'histoire

  Nicolas vit en Finlande avec son père Joël le bûcheron. Mais un jour, le chasseur propose à Joël de Partir en expédition pour trouver Lutinbourg et ramener un preuve de son existence au roi pour recevoir une récompense sonnante et trébuchante. Nicolas va donc se retrouver en mauvaise compagnie avec sa détestable tante Carlotta….

 

 Ma chronique



Le contexte de lecture


Découverte de ce roman jeunesse dans le cadre du Cold Winter Challenge menu « magie de Noël ».


L’auteur et l’illustrateur


Un duo excellent entre le romancier et l’illustrateur,que l’on pourra retrouver avec deux autres histoires de Noël : La fille qui a sauvé Noël et Father Christmas and me (non encore traduit). 




Les dessins complètent harmonieusement le propos, on se régale autant avec les yeux qu’avec la lecture du texte. 
 
L’Objet-livre


Un roman jeunesse à la couverture magnifique : autant pour l’illustration et le titre pailletés qui attirent l’œil et donne tout de suite envie de plonger dans ce récit de magie, de Noël et de lutins. 
 
J’aime beaucoup le format que l’on tient bien en main et qui permet un confort de lecture. 
 
Les chapitres sont très courts, illustrés de lettrine à chaque début et de miniatures.
La pagination est bien mise en valeur en bas de page, la typographie est très aérée. 
 
Le travail éditorial est très soigné.



L’intrigue


On retrouve toutes les émotions dans ce roman fantastique : de la tristesse, de la joie, de la peur, de la malice. 
 
« La tante Carlotta n’était pas plus capable d’aimer qu’un glaçon. Et encore, c’est un peu injuste pour les glaçons. Eux, au moins, ils fondent. Alors que cette femmeen était incapable, tant son coeur était congelé. »

L’auteur plante le décor autour du personnage principal et les péripéties vont très vite s’enchaîner surtout dès que Nicolas va se mettre en marche, le voyage vers le Grand Nord et Lutinbourg va voir le rythme s’accélérer.


Qui raconte ?


Un narrateur omniscient, sorte de conteur nous narre cette histoire, il interpelle le lecteur, joue avec lui. Ça ajoute une dimension humoristique à l’ensemble. 
 
« Vous êtes toujours là ?
Bravo. (Les Lutins seraient fiers de vous.)
Alors, commençons... »

L’univers magique créé par l’auteur correspond tout à fait à la magie de Noël comme je me la représente (sans formules magiques abracadabrantesques, d’explosions de fumées…).

« Et parfois, croire vaut aussi bien que savoir. »

J’aime la complicité de Nicolas avec les animaux (la souris et le renne) et leur dialogue « muet ». 

 
 
Les personnages


Nicolas est très attachant, j’aime aussi beaucoup Père Topo et la lutine Ti Nouch, qui se dressent contre l’ordre établi et défendent Nicolas. 
 
Les « méchants humains » sont également à l’image des méchants de Roald Dahl à la fois ridicules et cruels : la tante Carlotta est « sublime » avec la caricature aux petits oignons ciselée par l’auteur... 
 
« Même pour cette époque, où la plupart des tantes étaient affreuses et méchantes, la tante Carlotta était particulièrement horrible.
C’était une grande femme maigre, toujours vêtue de gris, aux cheveux blancs et au long visage sévère, avec une toute petite bouche qui ressemblait à un point final. Tout chez elle, même sa voix, paraissait recouvert de givre. »




Ecriture et style de l’auteur


Ce que je retiendrai de cette histoire, c’est l’humour omniprésent, parfois très trivial lorsque le renne pisse ou défèque par exemple ou encore un humour dénonciateur des travers du genre humain, excellent. 
 
J’adore également les comparaisons et les images mentales que l’auteur distille dans le récit, qui font sens et qui font sourire. 
 
«  -Ha ! Ha ! Hahahahaha ! » Ce rire lui échappa, soudain et terrifiant, comme un envol de chauve-souris surgissant d’une grotte. »

 

Le bonheur n’arrive jamais seul et la lecture de ce livre procure un petit moment de bonheur à ne pas négliger, pour les amoureux de la magie de Noël. 
 
C’est une version des origines du Père Noël que j’ai bien appréciée, drôle, fantaisiste et qui reprend les valeurs essentielles de cette période enchanteresse du calendrier (joie, espoir, partage).




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Et vous, que pensez-vous de ce livre ?

Lames vives, livre 1 : Obédience #PLIB2020

Crédits : Mnémos 🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓🩸⛓   Lames vives, livre 1 : Obédience Ariel HOLZL Mnémos Naos octobre 2019...